Historia Mundum

Histoire du Fordisme et du Post-Fordisme

La Ford Model T, l’une des voitures les plus emblématiques de l’histoire, dans une publicité dans le magazine « Life » en 1908. Image du domaine public.

L’histoire du Fordisme et du Post-Fordisme est l’histoire de la production industrielle et de la gestion du travail du début du XXe siècle à nos jours. Lancé par Henry Ford en 1914, le Fordisme était basé sur un système de production mettant l’accent sur l’efficacité et la segmentation des tâches de travail. Malgré une résistance initiale et des défis tels que la Grande Dépression, le Fordisme a prospéré après la Seconde Guerre mondiale, soutenu par l’intervention de l’État et la Deuxième Révolution Industrielle, conduisant à une croissance économique significative et à une amélioration des niveaux de vie. Cependant, la rigidité du Fordisme a commencé à montrer des failles, donnant naissance au Post-Fordisme dans les années 1970 et 1980. Ce nouveau régime, caractérisé par la flexibilité du travail, de la production et de la consommation, a répondu aux limites du Fordisme, entraînant un virage vers des économies basées sur le secteur des services et de l’information. La transition du Fordisme au Post-Fordisme a été essentielle pour le développement de l’économie moderne, avec des effets durables pour le monde.

Les origines du Fordisme

En 1911, Frederick Winslow Taylor a introduit la théorie de la gestion qui serait connue sous le nom de Taylorisme dans son livre « Principes de la gestion scientifique ». Selon lui, la production industrielle devait être exécutée efficacement et sans gaspillage de matériaux. Il a insisté sur la segmentation des tâches de travail et la gestion stricte du temps pour améliorer la productivité.

Quelques années plus tard, en 1914, Henry Ford a repris ces idées en ouvrant la première chaîne de montage automatisée de l’histoire à l’usine de la Ford Motor Company à Highland Park. Henry Ford a révolutionné l’industrie manufacturière en introduisant une journée de travail de huit heures et un salaire quotidien de cinq dollars pour ses travailleurs. Ces changements ont marqué le début du Fordisme, un système qui combinait production de masse et consommation de masse.

Malgré son approche innovante, le Fordisme ne s’est pas immédiatement imposé. Plusieurs facteurs ont contribué au retard de son adoption généralisée. Ford croyait qu’une nouvelle société ne pouvait se former qu’avec la participation du pouvoir d’entreprise. Par exemple, pendant la Grande Dépression (1929-1939), Ford a augmenté les salaires pour tenter de freiner la baisse de la demande. Toutefois, cette initiative seule n’a pas suffi. Deux obstacles majeurs ont entravé la consolidation du Fordisme pendant l’entre-deux-guerres :

  • Premièrement, la société a initialement résisté à un système de production qui imposait de longues journées de travail mécanisées avec peu de contrôle sur le processus de production. Aux États-Unis, Ford s’appuyait sur des travailleurs immigrés plus adaptables, tandis que dans d’autres pays développés, le système Fordiste-Tayloriste n’a d’abord pas réussi à s’implanter.
  • Deuxièmement, le succès du Fordisme reposait sur l’intervention de l’État dans l’économie, mais les États étaient initialement réticents à s’engager dans les affaires économiques. Néanmoins, cela commençait à changer car, face à une crise économique mondiale, de nombreux États sont parvenus à la conclusion que l’intervention dans l’économie était une meilleure alternative que de trouver des solutions militaristes et racistes à la crise — comme celles observées en Allemagne, en Italie et au Japon.

L’essor du Fordisme après 1945

Pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), les sociétés du monde entier ont accepté la rationalisation économique, car elle augmentait la productivité économique lorsque cela était le plus nécessaire — c’est-à-dire lorsque les États devaient produire suffisamment d’armes pour se défendre. Après 1945, le rôle de l’État dans l’économie était bien défini, permettant au Fordisme de prospérer pendant un boom économique prolongé jusqu’en 1973. Cette période a vu des améliorations significatives des conditions de vie, la maîtrise des crises économiques et la préservation de la démocratie.

L’économie est devenue de plus en plus basée sur des technologies qui ont mûri pendant la Seconde Guerre mondiale, comme les automobiles, les navires, l’acier et les produits pétrochimiques. La demande était stimulée par les classes privilégiées dans diverses régions industrialisées, notamment le Midwest aux États-Unis, la Ruhr et le Rhin en Allemagne, et la région Tokyo-Yokohama au Japon. Le développement des infrastructures est devenu une responsabilité de l’État, stimulant à la fois la demande et l’offre.

La croissance économique phénoménale de 1945 à 1973 dépendait de la collaboration et des engagements entre trois acteurs principaux : l’État, le capital des entreprises et les syndicats organisés. Dans la période immédiate d’après-guerre, les syndicats ont été politiquement vaincus dans une atmosphère de répression et d’anticommunisme, illustrée par les lois Wagner et Taft-Hartley aux États-Unis. Malgré cela, les syndicats ont conservé un certain pouvoir, comme le contrôle des promotions et la sécurité des travailleurs. Ils sont devenus des outils pour discipliner les travailleurs à accepter le Fordisme.

Les entreprises ont adopté des rationalisations scientifiques pour augmenter la productivité, tout en améliorant les salaires des travailleurs et les profits capitalistes. Les entreprises acceptaient les syndicats à condition de contrôler leurs membres. L’État a assumé de nombreuses responsabilités, notamment en investissant dans les infrastructures, en gérant les cycles économiques par des politiques monétaires et fiscales et en fournissant une protection sociale. L’ampleur de l’intervention de l’État variait selon les pays, mais les gouvernements de différentes idéologies maintenaient un schéma stable de croissance économique et d’amélioration des niveaux de vie.

Le modèle Fordiste d’après-guerre représentait un mode de vie complet, centré sur la production et la consommation de masse, interagissant avec le modernisme. Il avait une dimension internationale, étendant les flux économiques mondiaux pour incorporer l’ensemble du monde capitaliste, stimulant ainsi diverses activités économiques telles que le tourisme et la finance internationale. Le système était soutenu par l’hégémonie financière, économique et militaire des États-Unis, qui finançaient le monde en échange de l’ouverture des économies et des ressources aux grandes entreprises.

Le déclin du Fordisme

Malgré ses succès, le Fordisme n’a pas bénéficié à tout le monde de manière égale, conduisant à diverses formes de mécontentement. Il y avait des tensions entre les secteurs privilégiés et défavorisés de l’économie, ces derniers ne s’intégrant pas dans la logique de la consommation de masse en raison d’emplois moins bien rémunérés. Cette disparité a suscité des mouvements civils, y compris ceux plaidant pour l’égalité raciale et de genre. Les syndicats étaient critiqués par les défavorisés pour ne servir que leurs propres intérêts, et l’État est devenu une cible principale de mécontentement pour ne pas avoir assuré le bien-être social pour tous. Les consommateurs critiquaient la banalité de la consommation de masse et la culture et l’esthétique du modernisme capitaliste, comme les banlieues insignifiantes et les centres économiques. Le Tiers Monde a contesté sa subordination, recevant peu de bénéfices économiques tangibles en retour de l’adoption des principes Fordistes.

Malgré le mécontentement, le régime Fordiste est resté intact jusqu’en 1973, propageant ses bénéfices à diverses composantes. Pourtant, des signes de problèmes ont commencé à émerger au milieu des années 1960. L’achèvement de la reconstruction européenne et japonaise, le déclin de la productivité des entreprises, les politiques de substitution des importations dans le Tiers Monde et la concurrence accrue entre les entreprises américaines, européennes et japonaises ont signalé des problèmes potentiels. Le problème était que le Fordisme était trop rigide et ne pouvait pas s’adapter correctement aux temps changeants.

L’essor du Post-Fordisme

Les paysages économiques et politiques des années 1970 et 1980 ont subi une restructuration significative, donnant naissance à ce que l’on appelle le « Post-Fordisme » ou « Accumulation flexible » — une réponse aux limites du système Fordiste. Ce nouveau régime marquait un départ de la rigidité du Fordisme, introduisant la flexibilité dans le travail, la production et la consommation. Il mettait l’accent sur l’adaptabilité et la réactivité aux conditions changeantes du marché. Cette flexibilité permettait un plus grand contrôle sur les travailleurs, avec une augmentation du chômage, une baisse des salaires et des contrats temporaires ou à temps partiel devenant courants alors que les entreprises réagissaient à un environnement plus compétitif. Cependant, les changements ont également facilité le développement de zones précédemment sous-développées, comme la Silicon Valley, augmenté l’emploi dans le secteur des services et conduit à la « compression espace-temps », c’est-à-dire la réduction des horizons temporels adoptés par les États et les individus.

Cette image capture une scène industrielle à l’intérieur d’une usine de fabrication automobile high-tech, probablement une usine Tesla. L’accent est mis sur une chaîne de montage hautement automatisée, où de nombreux bras robotiques rouges sont activement engagés dans la construction de véhicules. La chaîne de montage s’étend au loin, montrant une série de carrosseries métalliques à divers stades de production. Chaque carrosserie de voiture est positionnée sur un système de convoyeur, flanquée de multiples robots qui effectuent différentes tâches telles que le soudage, le positionnement et l’assemblage de composants avec des mouvements précis et synchronisés. L’environnement est un grand espace d’usine propre et bien éclairé, caractérisé par un éclairage intense au plafond blanc. Le sol est également propre, avec des chemins organisés pour les matériaux et le personnel. Les robots rouges se distinguent nettement des environnements principalement blancs et métalliques. Ces robots sont équipés de divers outils et capteurs, et leurs mouvements sont coordonnés par un système de contrôle avancé pour assurer précision et efficacité. L’usine est conçue pour une efficacité et une automatisation élevées, avec une présence humaine minimale visible sur l’image. Des barrières de sécurité et des garde-corps sont en place autour des postes de travail robotiques, garantissant un environnement sécurisé pour tout personnel susceptible d’interagir avec la machinerie. L’image représente les technologies de fabrication modernes et l’intégration de la robotique dans les processus de production à grande échelle, mettant en lumière les capacités avancées des usines automobiles contemporaines.
Une usine Tesla avec une chaîne de montage entièrement automatisée pour la production de voitures électriques. Image de Steve Jurvetson sous licence CC BY 2.0.

Le marché du travail sous le Post-Fordisme s’est divisé en un noyau de travailleurs privilégiés et de multiples périphéries, y compris des travailleurs moins importants, temporaires ou à temps partiel. Bien que ce changement ait initialement semblé bénéfique, ouvrant potentiellement des opportunités pour les minorités en réduisant le nombre de travailleurs blancs privilégiés, les conséquences négatives sont rapidement devenues apparentes. Le chômage a augmenté, la sécurité de l’emploi a diminué et les inégalités de revenus ont augmenté.

Le Post-Fordisme a apporté des changements significatifs à l’organisation industrielle. La sous-traitance est devenue courante, permettant aux petites entreprises et aux systèmes d’entreprise traditionnels, tels que les entreprises familiales et même les opérations mafieuses, de prospérer aux côtés des « ateliers clandestins » exploitants. Le pouvoir des syndicats a diminué alors que les travailleurs dirigeaient leur mécontentement vers les entreprises sous-traitantes, souvent familiales, plutôt que vers les grandes entreprises qui exploitaient leur classe sociale. Bien que la participation des femmes à la main-d’œuvre ait augmenté, cela n’a pas conduit à des changements progressifs ; au contraire, les femmes ont souvent été exploitées.

La transition vers l’accumulation flexible a posé des problèmes aux entreprises habituées au régime précédent, entraînant des faillites et des restructurations. En même temps, de nombreuses nouvelles entreprises ont émergé, remplaçant les économies d’échelle par des économies de gamme, où les petites entreprises produisaient plusieurs biens connexes. Ce changement s’accompagnait d’une dépendance à l’innovation économique, souvent ciblant des marchés de niche. L’esthétique postmoderne exigeait des produits différents, éphémères et à la mode, ce qui a encore accru le besoin d’adaptabilité.

Comme prévu, l’expansion du secteur des services est devenue une caractéristique marquante de l’ère Post-Fordiste, entraînée par l’augmentation de la productivité des industries Fordistes qui nécessitaient moins de travailleurs pour les mêmes tâches. Cette expansion a créé de nouvelles opportunités d’emploi mais a également mis en évidence la division croissante entre les emplois sécurisés et bien rémunérés et les postes précaires et mal rémunérés.

Les changements apportés par l’accumulation flexible ont favorisé les grandes entreprises, qui disposaient des ressources nécessaires pour gérer l’incertitude du marché, l’éphémérité et la concurrence mondiale. Cet avantage a conduit à une augmentation des acquisitions d’entreprises, formant des monopoles dans des secteurs stratégiques. Le capitalisme est devenu plus géographiquement dispersé mais est resté organisé, flexible et innovant. Cette organisation a été facilitée par deux avancées parallèles : la transformation de l’information en une marchandise et la réorganisation du système financier international.

À l’ère Post-Fordiste, les entreprises ont rivalisé pour obtenir des informations rapides et à jour, accéder aux technologies et aux sciences de pointe et contrôler les flux d’information et les goûts populaires. Cette transformation a fait de l’information un atout critique, stimulant la concurrence et l’innovation.

L’impact politique et économique du Post-Fordisme

L’adoption du Post-Fordisme au début des années 1970 a marqué un tournant, avec des changements significatifs dans l’économie politique mondiale. Les États-Unis, par exemple, sont devenus plus dépendants du commerce international. Ces changements économiques ont été accompagnés par la montée du néoconservatisme aux États-Unis et en Europe occidentale, illustrée par les élections de dirigeants comme Margaret Thatcher et Ronald Reagan. L’État-providence, qui dépendait de la croissance économique pour son financement, a été confronté à des défis lorsque la croissance a stagné, nécessitant des alternatives aux politiques keynésiennes. Le démantèlement de l’État-providence a commencé par nécessité pendant la crise de 1973-1975 mais est rapidement devenu une « vertu » pour la politique de l’État.

Les facteurs culturels et politiques ont joué des rôles significatifs dans la montée du néoconservatisme. L’esprit d’entreprise promu par le néoconservatisme semblait plus favorable que le contrôle de l’économie par l’État ou les entreprises. La transition vers le néoconservatisme avait des racines antérieures à l’accumulation flexible, mais est devenue liée à celle-ci, alors que les gens recherchaient la stabilité dans des institutions comme la famille, la religion et l’État en période de fragmentation et d’insécurité économiques.

Malgré le virage idéologique vers la non-intervention du marché, les gouvernements étaient souvent contraints d’intervenir lors des crises économiques. Par exemple, les États-Unis ont fourni une aide lors de la crise de la dette du Mexique en 1987. Des continuités entre le Fordisme et le Post-Fordisme demeuraient, les États étant encore capables de déclarer des moratoires sur leurs dettes pour forcer des renégociations, et des institutions internationales comme le FMI et la Banque mondiale agissant comme autorités centrales dans le système financier. De plus, les États-Unis continuaient à pratiquer des politiques keynésiennes, telles que l’augmentation du plafond de la dette, et l’intervention de l’État dans l’économie devenait plus cruciale que jamais.

De plus, le système financier international a subi des changements significatifs, avec la formation de conglomérats et de nouveaux produits et marchés financiers, rendant le système hautement complexe. Cette complexité a brouillé les frontières entre les intérêts commerciaux, industriels et financiers, conduisant à un « entrepreneuriat de papier » où de nouvelles façons de générer de l’argent ont émergé au-delà de la simple production. Le système financier est devenu plus autonome et incontrôlable, même par les États capitalistes les plus puissants, conduisant à des prédictions de chaos potentiel.

Conclusion

Le Fordisme, introduit par Henry Ford en 1914, était une approche révolutionnaire de la production industrielle et de la gestion du travail qui a considérablement façonné l’économie du XXe siècle. En combinant production de masse et consommation de masse, le Fordisme a jeté les bases d’une société moderne et démocratique. Malgré de nombreux défis et périodes de mécontentement, le modèle Fordiste est resté influent jusqu’au début des années 1970. Le Post-Fordisme, ou accumulation flexible, représente un changement fondamental dans le paysage économique et politique qui a émergé dans les années 1970 et 1980. Ce régime a introduit la flexibilité dans le travail, la production et la consommation, entraînant des changements significatifs dans l’organisation industrielle, les marchés du travail et les politiques économiques. Comprendre le Fordisme et le Post-Fordisme fournit des perspectives précieuses sur les complexités de l’histoire industrielle moderne et les relations entre travailleurs, entreprises et États.


Posted

in

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *