Historia Mundum

Résumé : Diplomatie par Kissinger – Chapitre 21 – La crise de Suez

En 1994, Henry Kissinger a publié le livre Diplomatie. Il était un diplomate érudit et renommé qui a servi en tant que Conseiller à la Sécurité Nationale des États-Unis et Secrétaire d’État. Son livre offre un vaste panorama de l’histoire des affaires étrangères et de l’art de la diplomatie, avec un accent particulier sur le XXe siècle et le monde occidental. Kissinger, connu pour son alignement avec l’école réaliste des relations internationales, explore les concepts de l’équilibre des pouvoirs, de la raison d’État, et de la Realpolitik à travers différentes époques.

Son travail a été largement salué pour son envergure et sa complexité. Cependant, il a également été critiqué pour son accent sur les individus plutôt que sur les forces structurelles, et pour présenter une vision réductrice de l’histoire. De plus, les critiques ont également souligné que le livre se concentre excessivement sur le rôle individuel de Kissinger dans les événements, en exagérant potentiellement son impact. Quoi qu’il en soit, ses idées méritent d’être considérées.

Cet article présente un résumé des idées de Kissinger dans le vingt et unième chapitre de son livre, intitulé « L’endiguement contourné: la crise de Suez ».

Vous pouvez trouver tous les résumés disponibles de ce livre, ou vous pouvez lire le résumé du chapitre précédent du livre, en cliquant sur ces liens.


La rhétorique de coexistence pacifique vantée lors du Sommet de Genève en 1955 a peu contribué à apaiser les tensions sous-jacentes entre les États-Unis et l’Union Soviétique. Les deux superpuissances restaient empêtrées dans une lutte mondiale pour l’influence où chaque avancée de l’une était perçue comme un revers pour l’autre. Alors que l’Europe connaissait une période de stabilité relative, grâce aux engagements militaires américains qui contrôlaient les actions soviétiques, cet équilibre ne s’étendait pas à l’échelle mondiale. Peu après le sommet, l’Union Soviétique, sous la direction de Khrouchtchev, a obtenu un point d’appui significatif au Moyen-Orient en échangeant des armes contre du coton égyptien. Cette manœuvre audacieuse a contourné le tampon protecteur que les États-Unis avaient établi autour des frontières soviétiques, posant un défi direct à la domination américaine dans la région.

Staline, contrairement à Khrouchtchev, avait hésité à étendre l’influence soviétique dans le monde en développement, considérant ces régions comme trop éloignées et volatiles. Le Moyen-Orient, jusqu’à la fin des années 1940, était largement considéré comme un domaine dominé par les intérêts britanniques et américains. Cependant, l’accord d’armes soviétique de 1955 a marqué un pivot stratégique qui a enflammé le nationalisme arabe, escaladé le conflit arabo-israélien et sérieusement sapé la domination occidentale, entraînant l’érosion du statut britannique et français suite à la crise de Suez. Les États-Unis se sont retrouvés de plus en plus isolés dans le maintien de l’influence occidentale hors Europe.

La stratégie de Khrouchtchev a commencé prudemment, la vente d’armes étant initialement masquée en tant que transaction via la Tchécoslovaquie. Cette démarche a exercé une pression considérable sur la Grande-Bretagne, dont les intérêts impériaux au Moyen-Orient, notamment autour du canal stratégique de Suez, étaient essentiels pour son approvisionnement en pétrole. L’influence britannique dans la région s’affaiblissait déjà, comme en témoigne la nationalisation de l’industrie pétrolière en 1951 par le Premier ministre iranien Mossadegh, incitant les États-Unis à orchestrer un coup d’État en 1953, mettant ainsi fin à la présence militaire britannique directe en Iran. De même, en Égypte, les sentiments nationalistes menés par le colonel Gamal Abdel Nasser ont abouti au renversement du roi Farouk et ont posé un défi croissant aux bases militaires britanniques restantes.

Nasser, un leader charismatique animé par le nationalisme arabe et un profond ressentiment envers le colonialisme occidental, est rapidement devenu une figure centrale. Sa politique reflétait une tendance plus large de sentiments anti-coloniaux dans la région, défiant à la fois la domination historique britannique et les tentatives américaines d’intégrer l’Égypte dans sa stratégie de guerre froide. Les États-Unis, tout en se distançant des héritages coloniaux, n’ont pas réussi à s’aligner sur les aspirations des nations nouvellement indépendantes dont les dirigeants, souvent autoritaires et non engagés envers les idéaux démocratiques, voyaient la rivalité des superpuissances comme une opportunité de sécuriser une plus grande autonomie.

Malgré les efforts américains pour s’opposer à l’expansion soviétique par des mesures de sécurité collective, leur influence au Moyen-Orient était limitée. De nombreux dirigeants régionaux, y compris Nasser, ont tiré parti du soutien soviétique pour négocier de meilleures conditions avec l’Occident sans s’engager pleinement de chaque côté. Les États-Unis et la Grande-Bretagne, méconnaissant les motivations de Nasser et sous estimant sa détermination, ont poursuivi des politiques visant à l’apaiser, pour finalement constater que leurs efforts étaient contre-productifs. Nasser a continué à renforcer ses liens avec les Soviétiques, améliorant ainsi sa position de négociation.

Finalement, l’interaction continue de ces dynamiques a souligné la complexité de la politique du Moyen-Orient, où les puissances occidentales se sont souvent trouvées contrecarrées par les réalités locales et les stratégies soviétiques. La Grande-Bretagne, reconnaissant sa capacité diminuée, a négocié le retrait de ses forces de la zone du canal de Suez en 1956 sous la pression américaine, marquant la fin de sa présence militaire majeure dans la région. Cette période a souligné un changement de pivot dans la dynamique du pouvoir mondial, où les anciennes puissances coloniales reculaient, laissant place à une nouvelle ère de confrontations de la guerre froide et à la montée des mouvements non-alignés.

La politique étrangère américaine au milieu du 20e siècle a été marquée par des efforts pour démanteler l’impérialisme britannique tout en exploitant l’influence britannique restante pour établir un cadre de sécurité au Moyen-Orient visant à contenir l’expansion soviétique. Cette stratégie a conduit à la création du « Northern Tier », une alliance destinée à servir de pendant au Moyen-Orient à l’OTAN, comprenant la Turquie, l’Irak, la Syrie et le Pakistan, avec une participation potentielle future de l’Iran. Cependant, cette initiative a échoué car elle a fait face à des défis intrinsèques dus aux divisions régionales et au manque de perception unifiée de la menace.

Dans un effort pour saper l’influence de l’Union Soviétique et pour contrer l’attrait du nationalisme arabe radical mené par Nasser en Égypte, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont cherché à attirer l’Égypte avec des incitations économiques et diplomatiques. Leurs stratégies comprenaient la promotion de la paix arabo-israélienne et le financement du gigantesque projet du barrage d’Assouan. Les efforts de paix ont échoué, car les États arabes, alimentés par un ressentiment persistant envers l’établissement d’Israël et les circonstances de sa fondation, n’étaient pas enclins à la réconciliation. Pendant ce temps, les exigences de Nasser pendant les négociations de paix, qui comprenaient des concessions territoriales significatives d’Israël, étaient intenables, assurant la continuation de l’impasse.

Parallèlement, le barrage d’Assouan représentait une entreprise majeure, symbolisant l’engagement occidental envers le développement égyptien. Initialement, la Grande-Bretagne et les États-Unis espéraient que le soutien au barrage détournerait l’Égypte de l’influence soviétique et vers l’Occident. Cependant, cette stratégie a échoué lorsque Nasser a utilisé le projet pour renforcer son pouvoir de négociation, jouant les superpuissances l’une contre l’autre pour en tirer le maximum de bénéfices. Cette manœuvre a atteint son apogée lorsque les États-Unis ont brusquement retiré leur financement du barrage suite à la reconnaissance diplomatique de la Chine communiste par l’Égypte, un geste que le secrétaire d’État Dulles a considéré comme une trahison.

Ce retrait a marqué un tournant critique, alors que Nasser réagissait en nationalisant le canal de Suez, présentant cet acte comme une position définitive contre l’impérialisme occidental et une affirmation de la souveraineté égyptienne. Cette action, annoncée lors d’un discours dramatique à Alexandrie, n’était pas seulement une réponse au retrait du soutien américain pour le barrage d’Assouan, mais aussi une affirmation plus large du nationalisme arabe et de la résistance contre l’influence occidentale. L’entrée de Nasser dans le canal de Suez, symboliquement chargée par la mention de Ferdinand de Lesseps, l’ingénieur français à l’origine de la construction du canal, soulignait un moment pivot dans la lutte pour le contrôle du Moyen-Orient, préparant le terrain pour la crise de Suez, un conflit géopolitique significatif qui modifierait davantage l’équilibre des pouvoirs dans la région.

À mesure que la crise de Suez se déroulait, les différences profondes entre les démocraties occidentales devenaient évidentes, influençant leurs réactions et compliquant leurs stratégies. Anthony Eden, désormais Premier ministre de la Grande-Bretagne, se trouvait tempéramentellement et physiquement mal équipé pour gérer les pressions du leadership, surtout après une opération majeure et compte tenu de ses aspirations de longue date à maintenir la domination britannique au Moyen-Orient. La France, sous le Premier ministre Guy Mollet, partageait l’hostilité de la Grande-Bretagne envers Nasser, alimentée par leurs propres intérêts coloniaux en Afrique du Nord et par les inquiétudes concernant le soutien de Nasser aux mouvements d’indépendance là-bas.

La Grande-Bretagne et la France percevaient les actions de Nasser à travers le prisme de l’apaisement, rappelant les échecs de l’ère pré-Seconde Guerre mondiale. Cette perspective a renforcé leur détermination contre toute forme de compromis avec Nasser, surtout après qu’il a nationalisé le canal de Suez, qu’ils percevaient comme une menace directe à leur influence et leur contrôle sur une voie d’eau internationale cruciale. En réaction, Eden et Mollet étaient prêts à prendre des mesures drastiques, même militaires, pour contrer les mouvements de Nasser.

John Foster Dulles, le secrétaire d’État américain, semblait initialement s’aligner sur la position britannique et française lorsqu’il est arrivé à Londres pour des consultations. Il plaidait pour une conférence internationale pour traiter de l’opération du canal, espérant isoler Nasser diplomatiquement et préparer le terrain pour une action militaire si nécessaire. Cependant, la diplomatie ultérieure a révélé un manque d’unité parmi les alliés. Alors que la Grande-Bretagne et la France étaient concentrées sur la défaite de Nasser pour revenir au statu quo pré-Nasser, l’administration Eisenhower aux États-Unis était plus préoccupée par les implications plus larges pour les relations occidentales avec le monde arabe et les risques d’exacerber le nationalisme arabe.

Les approches divergentes ont souligné des jugements fondamentaux erronés : la Grande-Bretagne et la France ont sous-estimé la profondeur du sentiment nationaliste dans la région, tandis que les États-Unis surestimaient le potentiel d’alignement avec d’autres leaders nationalistes dans un arrangement de sécurité de type OTAN. La crise a exposé les limites d’une stratégie qui ne tenait pas compte des changements irréversibles dans la politique du Moyen-Orient marquée par un nationalisme montant.

L’approche américaine, dirigée par Dulles, consistait à traiter le canal principalement comme une question juridique et diplomatique, se concentrant sur le maintien du libre passage plutôt que de confronter directement l’autorité de Nasser. Cette position a conduit à des tensions avec la Grande-Bretagne et la France, qui étaient déterminées à ne pas concéder la nationalisation du canal et cherchaient une action décisive pour saper Nasser. Alors que la crise s’approfondissait, Eisenhower a explicitement averti Eden contre l’utilisation de la force militaire, suggérant que de telles actions sans épuiser les voies diplomatiques pourraient gravement compromettre l’alliance transatlantique et altérer la perception publique aux États-Unis envers ses alliés européens.

Les divergences personnelles et stratégiques durant la crise de Suez ont souligné la complexité des dynamiques entre les leaders alliés, avec Dulles et Eden particulièrement en désaccord. La « relation spéciale » entre la Grande-Bretagne et les États-Unis, bien approfondie par leur collaboration pendant la guerre, était sévèrement mise à l’épreuve alors que leurs dirigeants se heurtaient sur la meilleure manière d’agir. Les événements qui se déroulaient montraient les défis d’aligner les intérêts nationaux et les stratégies entre alliés face à une crise internationale volatile.

Le parcours de John Foster Dulles en tant que secrétaire d’État américain était profondément influencé par son passé familial de diplomates et par sa transition de carrière, passant du droit des sociétés à la politique étrangère, marquée par sa foi presbytérienne fervente qu’il estimait devoir guider la conduite internationale des États-Unis. Cet exceptionnalisme religieux façonnait son style diplomatique, qui, tout en étant ancré dans une solide compréhension des affaires étrangères, aliénait souvent ses homologues avec ses tons moralisateurs. Cela était particulièrement vrai dans ses interactions avec les leaders britanniques, qui trouvaient son style sanctimonieux et parfois peu sincère.

Pendant la crise de Suez, les tactiques de Dulles révélaient les priorités conflictuelles entre les États-Unis et ses alliés européens. Il soutenait ouvertement les objectifs de la Grande-Bretagne et de la France mais résistait à toute action militaire qui pourrait imposer ces objectifs. Dulles proposait des solutions diplomatiques comme la Conférence Maritime et plus tard l’Association des Utilisateurs pour gérer le canal de Suez, qui, en surface, s’alignaient avec les intérêts occidentaux. Cependant, son refus constant de la force minait ces propositions, signalant à Nasser et au monde que les États-Unis n’escaladeraient pas le conflit militairement. Cette position permettait effectivement à Nasser de rejeter les initiatives occidentales, confiant dans l’absence de menace militaire.

L’approche de Dulles à la crise était un jeu complexe de stratégie juridique et de persuasion morale, visant à remodeler les opérations du canal sans recourir à la force. Ses manœuvres légales et diplomatiques, bien qu’innovantes, manquaient du levier nécessaire des conséquences militaires potentielles, ce qui les rendait inefficaces face à la fermeté de Nasser. Ceci a été exemplifié lorsque Nasser a rejeté les propositions de la Conférence Maritime de Londres, ne voyant aucune menace réelle à son contrôle sur le canal.

La situation était compliquée par les déclarations publiques de Dulles, qui contredisaient souvent ses intentions stratégiques, notamment dans ses interactions avec les alliés européens. Ses commentaires lors d’une conférence de presse début octobre soulignaient une divergence fondamentale dans l’approche des questions coloniales, indiquant une stratégie américaine plus large visant à se distancer des enchevêtrements coloniaux, contrastant nettement avec la vue britannique et française qui encadrait la crise en termes d’influence soviétique et de stratégies de confinement global.

Cette divergence atteignait son paroxysme lorsque Dulles déclarait explicitement la position américaine contre l’utilisation de la force pour résoudre la crise, une position qui non seulement tendait l’alliance atlantique mais aussi mettait en lumière les perceptions différentes de la menace soviétique. Alors qu’Eden et Mollet se préparaient pour un affrontement décisif pour contrer l’expansionnisme soviétique perçu, Dulles, et par extension Eisenhower, envisageait la crise à travers une lentille méfiante de toute implication militaire qui pourrait aliéner les nations nouvellement indépendantes du Moyen-Orient et au-delà.

Pris entre la position anti-guerre ferme d’Eisenhower et le désespoir européen pour une intervention ferme, Dulles naviguait un chemin précaire qui n’a ni comblé les divisions transatlantiques ni empêché l’escalade de la crise. Sa dépendance à la persuasion morale et légale plutôt qu’aux options militaires pratiques laissait les puissances occidentales sans les moyens d’influencer de manière assertive l’issue de la crise. Cette déconnexion entre la rhétorique diplomatique de Dulles et les réalités géopolitiques auxquelles faisaient face ses homologues européens a conduit à une profonde réévaluation des alignements stratégiques au sein de l’alliance occidentale, mettant en évidence les limites de l’influence diplomatique sans la menace crédible de la force.

À mesure que les tensions s’intensifiaient durant la crise de Suez, la discorde parmi les démocraties occidentales offrait à l’Union Soviétique une opportunité stratégique d’affirmer son influence au Moyen-Orient. Alors que les tensions escaladaient, Moscou étendait son soutien à l’Égypte, remplaçant effectivement l’aide occidentale pour le barrage d’Assouan et augmentant ses livraisons d’armes à la région. Les déclarations audacieuses de Khrouchtchev soutenant l’Égypte soulignaient le sérieux avec lequel l’URSS envisageait le conflit, signalant une disposition à soutenir militairement l’Égypte si nécessaire.

En réponse à ces développements et aux rejets publics répétés de la force militaire par Dulles, la Grande-Bretagne et la France, se sentant de plus en plus désespérées et isolées, résolvaient d’agir de manière indépendante. Leur stratégie comprenait un dernier appel aux Nations Unies, qui semblait initialement futile étant donné la solidarité des nations non-alignées avec l’Égypte. Cependant, l’ONU semblait momentanément offrir une résolution lorsqu’elle facilitait un accord sur les principes de gestion du canal de Suez, suggérant une victoire diplomatique potentielle. Cet optimisme éphémère était rapidement anéanti lorsque l’Union Soviétique opposait son veto aux mesures de mise en œuvre au Conseil de sécurité, bloquant effectivement le processus de paix et réaffirmant l’impossibilité d’une résolution diplomatique sans la menace de la force.

L’effondrement des efforts diplomatiques poussait la Grande-Bretagne et la France à adopter une stratégie militaire plus directe, impliquant Israël dans un plan complexe pour provoquer un conflit qui justifierait leur intervention. La stratégie prévoyait une avancée israélienne vers le canal de Suez, suivie d’un ultimatum conjoint franco-britannique pour le retrait des forces israéliennes et égyptiennes, anticipant le refus de l’Égypte qui légitimerait alors leur intervention militaire. Ce plan, cependant, était transparent et mal conçu, sapant la crédibilité de la Grande-Bretagne et de la France et présentant Israël comme un simple outil des intérêts coloniaux.

L’exécution de ce plan coïncidait avec l’élection présidentielle américaine, ajoutant une couche de complexité politique et suscitant des accusations selon lesquelles le calendrier était influencé par la politique électorale aux États-Unis. Les actions militaires qui suivaient étaient retardées et indécises, réduisant davantage la stature de la Grande-Bretagne et de la France et compliquant leurs objectifs militaires. Pendant ce temps, les États-Unis, sous la présidence d’Eisenhower, maintenaient une ferme opposition à l’utilisation de la force, exprimée dans une réprimande sévère de l’invasion tripartite. La position d’Eisenhower n’était pas seulement une question de principe mais aussi une décision stratégique visant à maintenir l’ordre international et à éviter un conflit plus large.

L’Assemblée générale de l’ONU répondait rapidement en exigeant un cessez-le-feu et en discutant du déploiement d’une force de maintien de la paix, une démarche qui facilitait un retrait britannique et français ultérieur mais soulignait également l’échec de leur stratégie. En contraste frappant avec le retrait des puissances occidentales, l’Union Soviétique démontrait sa résolution en réprimant l’insurrection hongroise, mettant en évidence les standards doubles géopolitiques et les limites de l’influence de l’ONU. Cette juxtaposition de l’échec diplomatique occidental et de l’action militaire soviétique marquait un changement significatif dans la dynamique internationale, mettant en évidence les complexités de la politique de la Guerre Froide et les défis de maintenir les intérêts stratégiques occidentaux face à un contexte de nationalisme régional et de conflit idéologique global.

L’intensification des divergences parmi les alliés occidentaux pendant la crise de Suez offrait à l’Union Soviétique une opportunité stratégique de renforcer son influence au Moyen-Orient. À mesure que les tensions s’accroissaient, Moscou étendait son soutien à l’Égypte, remplaçant effectivement l’aide occidentale pour le barrage d’Assouan et augmentant ses livraisons d’armes à la région. Le leadership soviétique, encouragé par la division apparente entre les États-Unis et ses alliés européens, émettait une série de communications menaçantes promettant une intervention militaire et même laissant entendre l’utilisation de capacités nucléaires contre l’Occident si le conflit s’intensifiait. Ces menaces faisaient partie d’une stratégie soviétique plus large visant à projeter le pouvoir et à gagner un avantage dans le paysage géopolitique du Moyen-Orient.

En réponse aux menaces soviétiques et aux actions militaires entreprises par la Grande-Bretagne et la France, les États-Unis, sous la présidence d’Eisenhower, adoptaient une position ferme contre les opérations militaires conjointes avec l’URSS et toute action militaire unilatérale soviétique dans la région. Cette position était renforcée par une crise financière soudaine en Grande-Bretagne, marquée par une dévaluation de la livre sterling, durant laquelle les États-Unis ont notablement retenu leur soutien financier habituel, accentuant ainsi la pression sur le gouvernement britannique. Face à des pressions politiques et économiques croissantes, le Premier ministre britannique Eden était contraint de demander un cessez-le-feu, mettant effectivement fin aux opérations militaires après moins de deux jours sur le terrain.

Les stratégies diplomatiques et militaires employées par la Grande-Bretagne et la France étaient largement critiquées pour avoir été mal conçues et maladroites. Les États-Unis étaient confrontés à un dilemme complexe : soutenir leurs alliés traditionnels dans leur entreprise militaire défectueuse ou s’y opposer ouvertement afin de maintenir les normes légales internationales et potentiellement réaligner sa stratégie mondiale vers le monde en développement. Les États-Unis ont choisi cette dernière option, poussant pour des délibérations rapides à l’ONU qui se concentraient uniquement sur les questions immédiates sans aborder les provocations plus larges qui avaient mené à la crise. Cette approche non seulement écartait les préoccupations de la Grande-Bretagne et de la France, mais évitait également toute critique de la répression simultanée de l’Union Soviétique en Hongrie, soulignant une incohérence perçue dans les priorités de la politique étrangère américaine.

Le cadre conceptuel guidant la politique américaine pendant la crise reposait sur trois croyances principales : que les obligations américaines envers ses alliés étaient légalement définies et limitées; que l’utilisation de la force était acceptable uniquement en cas de légitime défense; et que la crise présentait une opportunité pour les États-Unis de se positionner en tant que leader du monde en développement, indépendant des puissances coloniales. Cette perspective influençait les actions des États-Unis aux Nations Unies et modelait ses réponses tant à ses alliés qu’à ses adversaires pendant la crise.

Les critiques aux États-Unis, y compris des figures éminentes comme George Kennan et Walter Lippmann, soutenaient que la réponse américaine manquait de la compréhension et de la compassion nécessaires pour les positions de ses alliés et aurait pu être plus soutenante, même si elle était en désaccord avec leurs méthodes. Ils soutenaient que l’Amérique avait un intérêt investi dans le succès des actions de ses alliés, indépendamment du désaccord initial sur leur décision d’intervenir militairement.

Finalement, la crise de Suez a souligné les complexités de la politique d’alliance à l’ère de la Guerre Froide, révélant des tensions profondes entre les approches légalistes des relations internationales et les réalités géopolitiques auxquelles sont confrontés les États-nations. La crise a également mis en lumière les défis auxquels l’Amérique était confrontée en essayant de naviguer son rôle émergent en tant que leader mondial au milieu de pressions conflictuelles de ses alliés européens traditionnels et des nations nouvellement indépendantes du monde en développement.

Après la crise de Suez, le président égyptien Nasser n’a pas adouci sa position envers l’Occident ni envers les États arabes pro-occidentaux. Au contraire, il a intensifié ses efforts contre les gouvernements arabes modérés, contribuant à des changements significatifs dans la région, tels que la radicalisation de l’Irak et de la Syrie. Ses actions ont culminé dans une implication militaire au Yémen et une rupture éventuelle des relations diplomatiques avec les États-Unis en 1967. Cette escalade des hostilités a redirigé l’essentiel du radicalisme de Nasser de la Grande-Bretagne vers l’Amérique, alors que les États-Unis prenaient des positions stratégiques autrefois détenues par la Grande-Bretagne au Moyen-Orient.

Les nations non-alignées, observant les dynamiques de la crise de Suez, ont appris à exploiter efficacement leur position entre les superpuissances. Elles ont noté que la pression exercée sur les États-Unis entraînait souvent des concessions, tandis que l’Union Soviétique répondait généralement par une contre-pression. Cette perception influençait les interactions du Mouvement des non-alignés avec les puissances mondiales, menant à des critiques régulières des politiques américaines lors de leurs conférences, alors que les actions soviétiques étaient rarement condamnées.

Le paysage géopolitique était profondément altéré par la crise. Anouar Sadate, alors principal propagandiste en Égypte, affirmait que la crise avait redéfini la hiérarchie mondiale, reléguant la Grande-Bretagne et la France de leur statut de grandes puissances. Cette réalisation a incité les nations européennes, en particulier la France, à poursuivre des capacités nucléaires indépendantes comme moyen de sécuriser leur souveraineté et leur influence, indépendamment du soutien américain. Ce sentiment était partagé par d’autres leaders européens, comme le chancelier allemand Adenauer, qui voyait la crise comme un moteur pour l’unité européenne en tant que contrepoids à la domination des superpuissances américaine et soviétique.

En Grande-Bretagne, la crise a entraîné une recalibration de sa politique étrangère, avec un alignement plus grand sous l’influence américaine, interprétant la « relation spéciale » avec les États-Unis comme essentielle pour maintenir un certain degré d’influence mondiale. À l’inverse, la France cherchait une voie plus indépendante, soulignant la nécessité d’un bloc européen capable de s’affirmer sur la scène mondiale sans trop dépendre du soutien américain.

L’Union Soviétique, voyant une opportunité, augmentait son influence au Moyen-Orient et soutenait le régime de Nasser, ce qui contribuait à un changement significatif dans l’équilibre des pouvoirs dans la région. La politique étrangère agressive de Khrouchtchev, caractérisée par des confrontations avec l’Occident, était encouragée par la perception d’une faiblesse américaine pendant la crise de Suez, bien que cette approche ait finalement conduit à des revers comme la crise des missiles de Cuba.

Pour les États-Unis, la crise de Suez marquait un tournant, annonçant son émergence en tant que leader mondial dominant mais aussi le début de son implication profonde dans la politique du Moyen-Orient. Cette implication était formalisée avec la Doctrine Eisenhower, qui engageait les États-Unis à défendre les pays du Moyen-Orient contre l’agression communiste. Cet engagement élargissait les responsabilités mondiales de l’Amérique, préparant le terrain pour des conflits futurs, y compris l’intervention militaire directe au Liban et l’implication complexe et controversée au Vietnam. Cette trajectoire soulignait les complexités durables des dynamiques de pouvoir mondiales et les conséquences imprévues des stratégies géopolitiques initiées durant la crise de Suez.


Vous pouvez lire le résumé du chapitre suivant du livre en cliquant sur ce lien.


Posted

in

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *