Historia Mundum

Histoire des États-Unis : de Jackson à Lincoln (1829-1861)

Cette image est un portrait officiel d’Andrew Jackson, le septième président des États-Unis. Le portrait montre Jackson de la taille vers le haut, avec une expression sérieuse et contemplative sur le visage. Ses cheveux sont blancs et coiffés de manière caractéristique de l’époque, en arrière et volumineux, ajoutant à son apparence distinguée. Jackson est vêtu d’une tenue formelle typique du début du XIXe siècle. Il porte une chemise blanche à col haut, sur laquelle est nouée une cravate noire. Son vêtement extérieur semble être un manteau de couleur sombre avec un grand châle ou manteau riche bordeaux drapé sur ses épaules. La texture de ses vêtements est finement détaillée, suggérant des tissus de haute qualité. L’arrière-plan du portrait est sombre et atténué, attirant l’attention sur Jackson. Des touches subtiles de couleur et d’ombrage dans l’arrière-plan donnent de la profondeur sans détourner l’attention du sujet. Le ton général de la peinture est sombre et digne, reflétant la proéminence et le sérieux de Jackson.
Un portrait d’Andrew Jackson par Ralph Earl. Image du domaine public.

En 1824, John Quincy Adams a obtenu la présidence avec l’aide d’un « marché corrompu » articulé au Congrès, malgré sa défaite face à Andrew Jackson au vote populaire. Quatre ans plus tard, Jackson accédera enfin au pouvoir lors des élections de 1828, avec un large soutien populaire. Son mandat a marqué le début de la Démocratie Jacksonienne, qui embrassait une série de principes rendant les États-Unis plus forts et plus démocratiques, au détriment des Amérindiens. Il a également marqué l’apogée du Second Grand Réveil, un mouvement religieux aux changements sociaux profonds. Après la présidence de Jackson, celles de John Tyler et James Polk ont renforcé l’expansionnisme américain, culminant avec la guerre américano-mexicaine et le doublement du territoire du pays. Cependant, l’expansion territoriale signifiait que de nouveaux États pouvaient rejoindre les États-Unis en tant qu’États libres ou esclavagistes, et le débat sur l’esclavage s’est rapidement révélé être une réalité insurmontable. En fin de compte, l’ascension d’Abraham Lincoln a conduit les États-Unis vers une guerre de Sécession sanglante, qui allait finalement aboutir à l’abolition de l’esclavage et à la domination des intérêts du Nord dans le pays.

L’ère Jacksonienne

L’élection d’Andrew Jackson reflétait le sentiment croissant que la gouvernance devait être faite par le peuple, et non par les élites traditionnelles. Cela a marqué le début du populisme dans l’histoire américaine, avec l’établissement de la Démocratie Jacksonienne. Cette philosophie politique proclamait certains principes qui ont guidé la politique américaine dans les années 1830 et qui sont encore pertinents :

  • Égalité : Contrairement à Jefferson, qui privilégiait les yeomen (fermiers avec de petites propriétés rurales), Jackson croyait au pouvoir de tous les citoyens, qu’ils soient urbains ou ruraux. Bien sûr, la notion de citoyenneté à l’époque s’appliquait principalement aux hommes blancs de plus de 21 ans, excluant ainsi les femmes, les Noirs et les Amérindiens.
  • Accès à l’éducation : Il est devenu évident que le suffrage universel nécessitait un électorat alphabétisé. Les organisations ouvrières ont exigé des écoles gratuites financées par les impôts pour tous les enfants. Grâce aux efforts de politiciens comme Horace Mann au Massachusetts, des lois pour l’éducation gratuite ont été progressivement adoptées. Cela a conduit à l’établissement d’écoles publiques à travers le pays, en particulier dans le Nord.
  • Rotation dans les fonctions publiques : Jackson croyait que les emplois gouvernementaux ne devaient pas être attribués indéfiniment à une personne, afin de lutter contre le clientélisme.
  • Gouvernement fédéral fort : Le président a gagné le surnom de « King Andrew » parce qu’il a élargi les pouvoirs de l’exécutif. Par exemple, il a créé le pouvoir de veto présidentiel et, en 1831, il a même exigé la démission de tous les membres de son cabinet, sauf un. Il n’hésitait pas à exercer ses pouvoirs de manière autonome.
  • Armée forte : Jackson valorisait les forces armées et envoyait des troupes pour expulser les Amérindiens de leurs territoires, ouvrant la voie à une nouvelle expansion des colonies américaines vers l’Ouest.

L’expansion territoriale et de la population américaine a engendré des conflits avec les Amérindiens. Jackson voulait les déplacer de force à l’ouest du fleuve Mississippi, car de l’or avait été découvert près de leurs terres. Toutefois, les groupes évangéliques et même la Cour suprême se sont opposés aux plans de l’administration. Les premiers espéraient convertir les Amérindiens au christianisme, et la seconde tentait d’empêcher le gouvernement d’empiéter sur les terres tribales.

En 1830, l’Indian Removal Act a prévu des fonds pour relocaliser les Cherokees et les Séminoles. L’année suivante, le juge en chef John Marshall a déterminé que les Amérindiens étaient des « nations domestiques dépendantes » — c’est-à-dire qu’ils avaient la garde de leurs terres comme un tuteur a la garde d’un pupille. En théorie, la décision de la Cour suprême établissait l’autonomie politique des tribus indigènes. En pratique, néanmoins, Andrew Jackson a ouvertement ignoré ces dispositions et a ordonné le déplacement des Amérindiens, qui ont beaucoup souffert sur le « Sentier des Larmes » vers le Territoire Indien, dans l’actuel Oklahoma. Cela a marqué un sombre chapitre de l’histoire américaine, mettant en évidence le coût de l’expansion vers l’ouest pour les communautés indigènes.

Cette image est une carte illustrant les routes empruntées pendant le Sentier des Larmes, le déplacement forcé des tribus amérindiennes aux États-Unis. La carte couvre une vaste zone géographique, incluant des parties de plusieurs États : Oklahoma, Arkansas, Missouri, Illinois, Tennessee, Alabama et Géorgie. La carte est codée par couleur pour indiquer différentes routes : les routes terrestres sont marquées par des lignes bleues pointillées, les routes fluviales par des lignes bleues pleines, et d’autres routes majeures par des lignes vertes. Les lieux clés sont marqués par des points et étiquetés avec des noms tels que Tahlequah, Springfield, Cape Girardeau, Hopkinsville, Nashville, Charleston, Memphis, Fort Smith, Evansville et Little Rock. Les routes convergent depuis divers points de départ vers l’ouest en direction de l’Oklahoma, mettant en évidence le parcours ardu des tribus amérindiennes déplacées. Le fond de la carte est de couleur beige atténuée, offrant un contraste clair avec les lignes de route. La carte inclut également des fleuves majeurs comme le Mississippi et l’Arkansas, qui sont des repères cruciaux pour comprendre le trajet. Le texte en bas indique "Trail of Tears National Historic Trail", soulignant l’importance historique de ces routes. Cette carte sert de rappel frappant du déplacement et des souffrances endurées par les communautés amérindiennes durant cette période.
Une carte des différentes routes qui composaient le Sentier des Larmes. Les routes fluviales sont montrées par des lignes bleues, les routes terrestres par des lignes bleues pointillées, et d’autres routes majeures par des lignes vertes. Image du domaine public.

Un autre problème important pendant la présidence de Jackson était la lutte pour l’existence de la Seconde Banque des États-Unis. Établie en 1791 et réorganisée en 1816, la banque était une société privée avec des fonctions publiques, comme la stabilisation de la monnaie. Pourtant, elle était impopulaire dans les nouveaux États et parmi les Sudistes et les Occidentaux qui croyaient qu’elle représentait les intérêts des riches. Jackson croyait que la banque détenait un monopole sur le système financier et s’opposait à son influence puissante dans l’économie. Pour cette raison, en 1832, il a opposé son veto à un renouvellement anticipé de la charte de la banque et a ordonné le retrait des fonds gouvernementaux de la banque. Ces fonds ont ensuite été distribués à des banques d’État, connues sous le nom de « banques de compagnie », car elles étaient associées aux amis et alliés politiques de Jackson.

Au cours des années suivantes, cet arrangement a laissé le pays avec un système économique non réglementé. Il était vulnérable à l’instabilité et enclin à la spéculation — quelque chose qui ne sera pas résolu avant la création du système de la Réserve fédérale en 1913. Pour échapper aux conditions économiques de plus en plus difficiles, de nombreux Américains ont migré vers l’Ouest.

Vers la fin de son premier mandat, en 1832, Jackson s’est heurté à son propre vice-président, John Calhoun, dans ce qui est devenu connu sous le nom de crise de la nullification. Calhoun, un républicain-démocrate de Caroline du Sud, et les intérêts commerciaux et agricoles qu’il représentait, étaient violemment opposés à certains tarifs, qu’ils voyaient comme favorisant les industriels du Nord à leurs dépens. Ils espéraient que Jackson les modifierait. Malgré une révision à la baisse des tarifs protectionnistes, la Caroline du Sud a déclaré qu’ils étaient nuls et non avenus dans l’État, et a levé une force militaire en défiance du gouvernement fédéral.

Jackson a répondu en envoyant des navires de guerre à Charleston et en publiant une proclamation forte contre la nullification, affirmant que la Caroline du Sud était au bord de l’insurrection et de la trahison. Il menaçait de diriger lui-même l’armée américaine si nécessaire. Le sénateur Henry Clay, un unioniste dévoué, a proposé un compromis tarifaire qui réduisait progressivement les droits de douane, accompagné d’une loi de force autorisant l’application militaire. Isolée des autres États du Sud, la Caroline du Sud a finalement annulé sa nullification, revendiquant la victoire pour avoir obtenu bon nombre de ses demandes.

En raison de ses désaccords avec Calhoun, Andrew Jackson a tenu une convention de parti au cours de laquelle Martin Van Buren a été choisi comme son colistier pour les élections présidentielles de 1832. Ils ont facilement remporté ce scrutin contre Henry Clay.

À partir de 1833, les États-Unis ont transitionné vers leur deuxième système de partis. Il était caractérisé par la rivalité entre les démocrates et les whigs, tous deux adoptant des tendances populistes et évangéliques :

  • Le Parti démocrate a été créé par Andrew Jackson comme une dissidence des républicains-démocrates.
  • Le Parti whig a été créé par les opposants de Jackson, comme John Quincy Adams. La seule chose qui les unissait était leur opposition au président.

Parallèlement, l’expansion territoriale créait des problèmes au Texas, où les producteurs de coton américains s’installaient. Parce que le Mexique n’était pas disposé à les accueillir sur son territoire, ils se sont rebellés contre le gouvernement mexicain et ont déclaré l’indépendance du Texas en 1836. Leur président désigné, Sam Houston, voulait obtenir l’admission aux États-Unis, mais ses appels étaient vains. À cette époque, l’administration de Jackson hésitait à provoquer une guerre avec le Mexique et il y avait des préoccupations quant à l’entrée du Texas dans l’Union en tant qu’État esclavagiste.

En 1836, Jackson a choisi Martin Van Buren comme son successeur. À l’époque, malgré une organisation rapide, les whigs étaient trop divisés pour présenter un candidat fort à la présidence, ce qui a conduit à la victoire de Buren.

La nouvelle administration a dû faire face à la panique de 1837 : une crise économique massive précipitée par la déréglementation du système bancaire par Jackson. Pour faire face à une crise jacksonienne, une solution jacksonienne a été choisie. Martin Van Buren a démocratisé les protections contre la faillite et aboli les prisons pour dettes. À long terme, cela a favorisé une culture de la prise de risque aux États-Unis, avec des conséquences durables pour l’économie. À court terme, cependant, le gouvernement n’a pas réussi à contenir la crise, et le président a été surnommé « Van Ruin ». Prédictiblement, il n’a pas réussi à se faire réélire, perdant la présidence au profit de William Henry Harrison en 1840. Exactement un mois après son mandat, Harrison est mort de pneumonie, alors le vice-président John Tyler a pris sa place.

Le Second Grand Réveil

À la fin du XVIIIe siècle, de nombreux Américains instruits n’adhéraient plus aux croyances chrétiennes traditionnelles. En réponse à ce sécularisme, un réveil religieux connu sous le nom de Second Grand Réveil s’est propagé vers l’ouest dans la première moitié du XIXe siècle, et a atteint son apogée pendant l’ère jacksonienne. Ce réveil s’est manifesté de différentes manières à travers le pays. En Nouvelle-Angleterre, il a inspiré l’activisme social. Dans l’ouest de New York, il a conduit à l’émergence de nouvelles dénominations. Dans le Kentucky et le Tennessee, il a renforcé les méthodistes et les baptistes et introduit les réunions de camp.

Contrairement à la ferveur émotionnelle du Grand Réveil des années 1730, les réveils dans l’Est pendant le Second Grand Réveil étaient marqués par un calme et un silence respectueux. Cet enthousiasme évangélique a conduit à la formation de sociétés missionnaires interconfessionnelles visant à répandre la foi dans l’Ouest. Ces sociétés ont également promu l’éducation et la réforme sociale, telles que l’American Bible Society, fondée en 1816. Le réveil a inspiré des mouvements s’opposant à la vente et à l’utilisation de l’alcool, plaidant pour la réforme des prisons et proposant de s’occuper des malades mentaux et des handicapés. De plus, ces mouvements ont été essentiels pour mettre en évidence le rôle des femmes dans la société.

Le mouvement de tempérance prêchait l’abstinence de l’alcool et la fin des paiements de salaire en boissons alcoolisées. Il est né des préoccupations concernant l’impact de l’alcool sur les travailleurs, ainsi que de la violence et de la souffrance causées par la consommation excessive d’alcool. À cette époque, les femmes étaient confinées chez elles et subissaient de grandes violences de la part de maris ivres. En 1826, des ministres de Boston ont organisé la Society for the Promotion of Temperance. En 1833, l’American Temperance Union a été formée, appelant à l’interdiction de l’alcool. En 1855, treize États avaient interdit l’alcool, bien que ces lois aient souvent été contestées devant les tribunaux. Le mouvement a considérablement réduit la consommation d’alcool entre 1830 et 1860.

Les réformateurs ont également abordé les problèmes dans les prisons et les soins pour les malades mentaux. Les efforts ont évolué de la punition vers la réhabilitation dans les prisons. Dorothea Dix a mené une campagne pour améliorer les conditions des malades mentaux, qui étaient souvent confinés dans des conditions déplorables. Ses efforts ont conduit à la création d’hôpitaux pour les malades mentaux dans neuf États du Sud entre 1845 et 1852.

Ces réformes sociales ont aidé les femmes à prendre conscience de leur statut inégal. Les femmes non mariées avaient certains droits légaux, mais les femmes mariées perdaient leur identité distincte en vertu de la loi. Elles n’étaient pas autorisées à voter et leur éducation était limitée. Le mouvement pour les droits des femmes a commencé avec Frances Wright, une conférencière écossaise, qui a promu les droits des femmes, y compris l’accès à l’information sur le contrôle des naissances et le divorce. Elizabeth Cady Stanton a émergé comme une figure de proue, organisant la première convention pour les droits des femmes à Seneca Falls, New York, en 1848. La convention a produit la « Déclaration des Sentiments », appelant à l’égalité, au droit de vote et aux opportunités égales. La proéminence de Stanton a grandi alors qu’elle plaidait pour le suffrage féminin, reconnaissant que sans le droit de vote, les femmes n’atteindraient jamais l’égalité.

Dans l’ouest de New York, connu sous le nom de « Burned-Over District » en raison des réveils religieux fréquents, a vu émerger Charles Grandison Finney, un avocat devenu prédicateur. Ses réveils soigneusement planifiés et annoncés tout au long des années 1820 et 1830 l’ont conduit à sa position à Oberlin College dans l’Ohio. Le Burned-Over District a également vu l’essor des Mormons et des Adventistes du septième jour.

Dans la région des Appalaches, le réveil a pris des caractéristiques similaires au Grand Réveil, centré autour des réunions de camp où les gens se rassemblaient pendant plusieurs jours pour des services religieux. Ces réunions offraient un refuge contre la vie de la frontière et comprenaient des danses, des cris et des chants. La plus grande réunion de camp, à Cane Ridge, Kentucky, en août 1801, a attiré entre 10 000 et 25 000 personnes.

Cette image illustre une réunion de camp méthodiste, un événement commun pendant le Second Grand Réveil aux États-Unis. La scène se déroule en plein air, dans une zone boisée, avec un grand rassemblement de personnes assistant à la réunion. Au centre, il y a une scène ou une plate-forme en bois, surélevée et couverte d’un toit simple. Sur cette plate-forme, plusieurs prédicateurs ou orateurs sont visibles, s’adressant à la foule. Certains sont debout et gesticulent avec passion, indiquant la nature fervente de la prédication. La structure est rudimentaire, soulignant la nature de base de ces rassemblements. Le public est diversifié, avec des hommes, des femmes et des enfants de tous âges. Ils sont vêtus de tenues d’époque, les femmes portant des robes longues et des bonnets, et les hommes des pantalons, des vestes et des chapeaux. La foule est assise sur des bancs ou debout, beaucoup écoutant attentivement les orateurs. Les expressions sur leurs visages reflètent une gamme d’émotions, de la solennité à l’enthousiasme. Autour de la zone principale, on voit de nombreuses tentes, indiquant qu’il s’agit d’un événement prolongé où les participants campent sur place. Les arbres sont luxuriants et verts, offrant un couvert naturel sur la scène. Les couleurs sont terreuses et naturelles, avec des verts des arbres et des bruns du sol et des tentes. L’image capture un moment de ferveur religieuse et de rassemblement communautaire dans un cadre naturel serein.
Une réunion de camp des méthodistes américains pendant le Second Grand Réveil. Gravure du domaine public par Dubourg.

Le réveil s’est propagé à travers le Kentucky, le Tennessee et le sud de l’Ohio, bénéficiant aux méthodistes et aux baptistes. Les méthodistes avaient une organisation efficace avec des cavaliers de circuit qui cherchaient des gens dans les régions éloignées. Les baptistes, sans organisation formelle, s’appuyaient sur des prédicateurs-fermiers qui se sentaient appelés par Dieu et fondaient des églises. Ces méthodes ont permis aux baptistes de dominer les États frontaliers et une grande partie du Sud.

Le Second Grand Réveil a eu un impact profond sur l’histoire américaine. Les baptistes et les méthodistes ont augmenté en nombre, surpassant les dénominations dominantes pendant la période coloniale. La diversité croissante au sein du protestantisme américain reflétait la croissance d’une nation en expansion. Toutefois, le renforcement du protestantisme a également accru l’animosité américaine envers les immigrants qui se disputaient des emplois et une influence politique. À l’époque, les Européens fuyaient les révolutions libérales sur leur continent, et beaucoup d’entre eux sont venus aux États-Unis — en particulier des Allemands et des Irlandais.

Ces immigrants ont fait face à l’hostilité d’organisations telles que l’Ordre secret de la Bannière Étoilée, connu sous le nom de « Know-Nothings ». Ils cherchaient à prolonger les périodes de naturalisation et à exclure les immigrants et les catholiques des fonctions publiques. Les Irlandais étaient les principales cibles de la xénophobie, parce qu’ils étaient catholiques. Ils étaient payés moins que leurs homologues et étaient pratiquement contraints de vivre dans des quartiers séparés. En dépit de ces défis, ils ont tenté de maintenir leur culture, cherchant la protection des démocrates. Bien que les Know-Nothings aient acquis une certaine influence politique, finalement le parti s’est divisé sur des désaccords concernant l’esclavage.

Tyler, Polk et la guerre américano-mexicaine

En avril 1841, John Tyler, un whig de Virginie, a pris la présidence après la mort soudaine de William Henry Harrison. Parce qu’il n’était pas censé être président et que son pouvoir politique était faible, il était surnommé « His Accidency ». Les whigs, y compris ceux de son propre cabinet, l’ont abandonné après qu’il eut opposé son veto à un projet de loi visant à créer une banque nationale et à augmenter les tarifs douaniers. En tant que défenseur acharné des droits des États, le président s’opposait à tout ce qui était de portée « nationale » (y compris une banque). En raison de son isolement politique, il a réussi à accomplir peu de choses pendant son mandat.

L’un des objectifs de Tyler était d’ajouter aux États-Unis à la fois le Texas et l’Oregon, qui restaient, respectivement, des territoires mexicains et anglais, malgré leur occupation par des Américains. Il croyait que le Texas pouvait rejoindre l’Union en tant qu’État esclavagiste, tandis que l’Oregon en tant qu’État libre. Pour mettre en œuvre son plan, il comptait sur le soutien de John Calhoun, le secrétaire d’État, qui était enthousiaste à l’idée d’étendre l’esclavage vers l’ouest. Le président s’est présenté à sa réélection sous le slogan « Tyler and Texas », mais a retiré sa candidature après qu’Andrew Jackson ait orchestré pour que James Polk soit le candidat démocrate.

Tout comme Tyler, Polk était également un fervent partisan de l’expansionnisme américain. D’abord, son administration a proposé d’acheter Cuba à l’Espagne, mais les Anglais s’y sont opposés, car l’île deviendrait un autre État esclavagiste, et les Espagnols ont refusé de la vendre. Ensuite, l’administration a acquis l’Oregon de l’Angleterre en 1846. Enfin, Polk a jeté son dévolu sur le Texas. Il a proposé d’acheter à la fois le Nouveau-Mexique et la Californie. Lorsque les Mexicains ont refusé cette proposition, il a envoyé l’armée dans la région comme provocation. Lorsque des troupes américaines ont été tuées par des Mexicains, il a trouvé un prétexte pour lancer une attaque contre le gouvernement mexicain.

En tant que membre du Congrès, Abraham Lincoln s’est opposé aux manœuvres provocatrices de Polk. Il a demandé au gouvernement de clarifier si les soldats avaient vraiment été tués sur le territoire américain, comme le prétendait Polk. Les « résolutions sur les points » de Lincoln, demandant l’emplacement exact des décès, lui ont valu le surnom de « Spotty Lincoln ». Néanmoins, les actions de Lincoln n’ont pas pu empêcher le déclenchement de la guerre américano-mexicaine (1846-1848).

La guerre était politiquement divisive, car beaucoup croyaient que c’était une guerre d’agression et que son objectif était l’expansion de l’esclavage. John Quincy Adams, par exemple, a publiquement dénoncé la tentative d’ajouter plus d’États esclavagistes à l’Union. De plus, le conflit a été un terrain d’entraînement pour les officiers qui allaient plus tard combattre dans la guerre de Sécession.

Les nouvelles du front sont arrivées dans les villes américaines en un temps record, grâce à un réseau de collecte de nouvelles impliquant des bateaux, des diligences et les premiers opérateurs télégraphiques. Ce consortium d’entités de presse formerait plus tard l’Associated Press.

Cette peinture représente la bataille de Río San Gabriel, un engagement significatif pendant la guerre américano-mexicaine. La scène est dynamique et chaotique, capturant l’intensité de la bataille. Au premier plan, un groupe de soldats américains, vêtus d’uniformes militaires bleus, est vu avançant et tirant avec leurs fusils. Leurs uniformes sont détaillés avec des éléments tels que des ceintures, des sacs et des chapeaux, montrant la tenue typique des soldats de cette époque. Les soldats sont dans diverses poses, certains debout et visant, d’autres accroupis ou tombés, indiquant le chaos et le danger de la bataille. À droite, des soldats mexicains montés sur des chevaux et en uniformes distinctifs sont engagés dans un combat rapproché avec les forces américaines avancées. Les chevaux sont représentés en plein mouvement, ajoutant à la sensation d’action. Les tenues des soldats mexicains sont colorées et détaillées, les différenciant des troupes américaines. Au milieu de la scène, on voit plus de soldats, tant américains que mexicains, engagés dans le conflit, avec de la fumée provenant des tirs de fusil et des canons remplissant l’air. Les arbres et les éléments naturels en arrière-plan donnent un sens de localisation, suggérant un cadre rural avec des montagnes lointaines sous un ciel partiellement nuageux. Les couleurs sont vives, avec un mélange de bleus, de verts et de tons terreux, soulignant la nature dramatique et violente de la bataille.
La bataille de Río San Gabriel, au cours de laquelle les troupes américaines ont remporté une victoire décisive sur le Mexique. Peinture du domaine public par James Walker.

En 1847, les troupes américaines ont vaincu le Mexique et ont forcé des négociations de paix. Elles ont abouti au traité de Guadalupe-Hidalgo, signé l’année suivante, qui comportait les dispositions suivantes :

  • Tous les territoires au-dessus du 36e parallèle seraient transférés aux États-Unis. Cela représentait plus de la moitié de tous les territoires mexicains, qui deviendraient les États américains du Texas, de la Californie, du Nouveau-Mexique, de l’Utah, du Nevada et de l’Arizona.
  • En échange de ces territoires, les États-Unis verseraient 15 millions de dollars au gouvernement mexicain.
  • Les Mexicains qui vivaient encore dans les régions concernées avaient la possibilité de se relocaliser au Mexique ou de devenir citoyens américains. Environ 100 000 d’entre eux sont restés où ils étaient. Pourtant, au cours des années suivantes, ils ont subi de grands préjugés et ont eu des difficultés à intégrer leurs pratiques agricoles à l’économie industrielle et commerciale des États-Unis.

Alors que les États-Unis acquéraient des territoires mexicains, la découverte d’or en Californie en 1848 a conduit à une ruée des colons. Pour cette raison, le Congrès a agi rapidement pour établir la gouvernance et percevoir les droits dans la région.

Les disputes autour de l’esclavage avant la guerre de Sécession

La conclusion de la guerre américano-mexicaine a ravivé les débats sur l’opportunité pour les nouveaux États américains de permettre l’esclavage ou non, intensifiant les tensions qui mèneraient à la guerre de Sécession. Les Sudistes voulaient que toutes les terres acquises du Mexique permettent l’esclavage, tandis que les Nordistes antiesclavagistes exigeaient l’établissement de territoires libres. Certains modérés ont proposé de prolonger la ligne du compromis du Missouri jusqu’au Pacifique, tandis que d’autres ont suggéré la « souveraineté populaire » — c’est-à-dire laisser les colons eux-mêmes décider de permettre ou non l’esclavage.

En 1846, le député David Wilmot de Pennsylvanie a proposé le Wilmot Proviso, selon lequel l’esclavage serait interdit dans tous les territoires acquis du Mexique. Cependant, sa proposition a finalement été rejetée. Le Texas, par exemple, a rejoint l’Union en tant qu’État esclavagiste.

En 1848, Polk a décidé de ne pas se représenter, et la présidence a été disputée par deux candidats qui soutenaient l’extension de l’esclavage : Lewis Cass, un démocrate, et Zachary Taylor, un whig. Bien que Taylor ait été élu, les dissidents des deux partis qui ne voulaient pas étendre l’esclavage se sont rassemblés dans le Free Soil Party, dirigé par Martin Van Buren. Leur devise était « Sol libre, terre libre, parole libre, travail libre, et hommes libres ». Ils ont obtenu le soutien des travailleurs urbains de l’Est, des fermiers de l’Ouest, des Noirs libres et des femmes, recevant près de 300 000 voix lors de l’élection de 1848. Les Sudistes ont tenté de discréditer le Free Soil Party en faisant allusion à l’exploitation des travailleurs dans les industries du Nord, affirmant que les Noirs étaient supposément inférieurs et que l’esclavage était essentiel à la création de richesse.

Après la mort de Taylor en fonction, Millard Fillmore a pris le relais à un moment où les politiciens étaient aux prises avec la question de l’esclavage dans les territoires récemment acquis du Mexique. La Californie venait juste de se former en tant qu’État libre et souhaitait rejoindre les États-Unis en tant que tel, ce qui modifierait l’équilibre entre les États esclavagistes et les États libres. Pour traiter cette question, Henry Clay a de nouveau proposé un compromis : le compromis de 1850. Il se composait des éléments suivants :

  • La Californie serait admise en tant qu’État libre.
  • En échange de 10 millions de dollars, le Texas céderait une partie de son territoire à l’État du Nouveau-Mexique.
  • Les États du Nouveau-Mexique, du Nevada, de l’Arizona et de l’Utah seraient organisés politiquement sans aucune mention de l’esclavage dans leurs constitutions respectives. Conformément à la notion de « souveraineté populaire », chacun d’entre eux pourrait décider, individuellement, de permettre ou non l’esclavage sous leurs juridictions.
  • Le commerce des esclaves devait être aboli à Washington, D.C.
  • Pour empêcher les esclaves de fuir leurs propriétaires, la loi sur les esclaves fugitifs déterminait que les esclaves en fuite devaient être capturés et renvoyés à leurs lieux d’origine, sans droit de recours judiciaire. En pratique, même les Noirs libres se retrouvaient capturés comme s’ils étaient des fugitifs.

Dans les années 1850, la question de l’esclavage a divisé les Whigs et les Démocrates, conduisant à des présidences faibles et discréditant même la Cour suprême. Pendant la présidence de Franklin Pierce, un démocrate, le gouvernement voulait mettre fin au Territoire Indien et le transformer en États du Kansas et du Nebraska, afin de construire un chemin de fer transcontinental dans la région. Le Kansas-Nebraska Act (1854), proposé par Stephen Douglas, déterminait que les populations de ces États pourraient décider de permettre ou non l’esclavage. En pratique, cet arrangement invalidait le compromis du Missouri, car les deux États étaient situés au-dessus de la latitude du Missouri et étaient donc censés interdire l’esclavage.

Après l’adoption de cette loi, le Nebraska a été incorporé pacifiquement en tant qu’État libre dans les États-Unis, car il n’y avait pas d’esclavage là-bas. Toutefois, quelque chose de très différent s’est produit au Kansas : une confrontation violente a éclaté, impliquant des partisans et des adversaires de l’esclavage, ce qui est devenu connu sous le nom de « Kansas Sanglant ». En fin de compte, le Kansas a été incorporé en tant qu’État libre, mais les tensions sont restées élevées.

Le Kansas-Nebraska Act a marqué un tournant dans la politique américaine :

  • Le Parti démocrate est devenu le parti de l’esclavage.
  • En opposition aux démocrates, le Parti républicain a émergé en tant que large coalition de politiciens opposés à l’esclavage et au Kansas-Nebraska Act, comme Abraham Lincoln.
  • Le Parti américain, qui regroupait les Know-Nothings, a simplement disparu, ses membres se scindant en Nordistes et Sudistes, selon leur position sur l’esclavage.
Une carte des États-Unis en 1856. Les États libres sont montrés en rose, les États esclavagistes en gris, le Kansas en blanc et les territoires américains en vert.

Lors des élections présidentielles de 1856, Millard Fillmore a tenté de regagner le pouvoir, se présentant pour les Whigs, mais sa campagne a marqué la fin effective du parti. De nombreux Whigs sont simplement devenus républicains, qui ont présenté John Frémont comme candidat. Avec le slogan « Free Speech, Free Soil, and Frémont », il a défendu la non-expansion de l’esclavage, même selon les souhaits individuels des nouveaux États. Fillmore et Frémont ont été vaincus par James Buchanan, un démocrate qui défendait les intérêts du Sud (y compris l’esclavage). Son argument pour être élu était qu’il pouvait empêcher les Américains de s’engager dans une guerre civile. Inutile de dire que sa présidence s’est terminée par un interlude jusqu’au déclenchement du conflit.

En 1857, la Cour suprême a statué sur l’affaire Dred Scott, un esclave qui avait été emmené dans un État libre et a décidé de demander la justice pour sa liberté. Premièrement, la Cour a décidé que la Constitution des États-Unis avait été rédigée par des hommes qui considéraient les Noirs comme inférieurs. Par conséquent, les rédacteurs de la Constitution n’avaient aucune intention d’attribuer la citoyenneté aux Afro-Américains. Dred Scott a été considéré comme non-citoyen, donc privé de droits. En outre, la Cour a statué que le Congrès n’avait pas le pouvoir de restreindre l’esclavage dans les États, ce qui revenait à déclarer le compromis du Missouri inconstitutionnel. Ce jugement a été célébré par les démocrates du Sud mais condamné dans le Nord, où de nombreuses personnes se sont unies contre la Cour.

En 1859, la tentative de John Brown de s’emparer de l’arsenal fédéral à Harper’s Ferry visait à inciter un soulèvement des esclaves. Brown a été capturé, jugé et pendu, devenant ainsi un martyr pour la cause anti-esclavagiste. Cet événement a intensifié les craintes du Sud et le soutien du Nord à l’abolition.

Lors de l’élection présidentielle de 1860, le Parti républicain a nommé Abraham Lincoln, qui s’opposait à l’extension de l’esclavage. Les démocrates du Sud, rejetant la notion de souveraineté populaire, ont nommé John Breckenridge. Le Parti de l’Union constitutionnelle, qui regroupait ceux qui refusaient de devenir républicains ou démocrates, a nommé John Bell. Lincoln a remporté l’élection avec 39 % du vote populaire et une majorité de votes électoraux, remportant tous les 18 États libres, mais obtenant peu de voix dans le Sud. Sa victoire a conduit la Caroline du Sud à faire sécession des États-Unis, plongeant le pays divisé dans une guerre de Sécession sanglante.

Conclusion

Avant la guerre de Sécession, les États-Unis ont connu des transformations profondes et des tensions croissantes. La présidence d’Andrew Jackson a renforcé les principes populistes et a étendu l’autorité fédérale, mais certaines de ses politiques, notamment celles concernant les Amérindiens et l’économie, ont suscité de vives controverses. Le Second Grand Réveil a catalysé des réformes sociales et mis en évidence le rôle des femmes dans la société américaine. Parallèlement, l’expansion territoriale, culminant avec la guerre américano-mexicaine, a intensifié le débat sur l’esclavage. À la veille de la guerre de Sécession, les États-Unis se sont retrouvés clairement divisés entre les Sudistes, qui défendaient l’esclavage comme essentiel à l’économie, et les Nordistes, qui le méprisaient comme inhumain. Ces clivages ont préparé le terrain pour des confrontations dévastatrices entre les deux groupes, qui ont à jamais modifié la trajectoire des États-Unis en tant que nation indépendante.


Posted

in

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *