Historia Mundum

Histoire des États-Unis : De Jefferson à Jackson (1801-1829)

La conclusion du traité de Gand, qui mit officiellement fin à la guerre de 1812 entre les États-Unis et la Grande-Bretagne. Peinture du domaine public par Amédée Forestier.

Après la fin de la présidence de George Washington, John Adams et Thomas Jefferson se disputèrent sa succession. Tout d’abord, Adams gouverna de 1797 à 1801, mais son administration fut si turbulente que les Américains votèrent pour un changement lors des élections de 1800. Cela marqua la montée de Jefferson et de ses tendances agraires et isolationnistes, avec un héritage durable laissé aux présidences de James Madison et James Monroe. Ces dirigeants ont étendu le territoire américain et se sont engagés dans des conflits internationaux tels que la guerre de 1812 et la guerre américano-mexicaine. En 1825, John Quincy Adams, le fils de l’ancien président, accéda au pouvoir avec l’aide du Congrès, malgré sa défaite face à Andrew Jackson au vote populaire. Finalement, l’élection de Jackson en 1828 marqua la renaissance du populisme américain, ouvrant un nouveau chapitre dans l’histoire du pays.

L’ère Jeffersonienne

Thomas Jefferson, de Virginie, était un républicain-démocrate opposé à la présidence fédéraliste de John Adams (1797-1801). Il fut témoin de la croissance rapide de la population des États-Unis et crut que l’avenir du pays résidait dans l’expansion de la population et du territoire. Sous l’influence des idées de Thomas Malthus, il conclut que les États-Unis avaient besoin de plus de territoire pour soutenir sa population. Il était particulièrement préoccupé par les yeomen — des fermiers possédant de petites propriétés rurales. Il pensait que ceux qui menaient une vie aussi modeste étaient le meilleur type de citoyen : un citoyen qui n’est pas facilement influencé et qui a l’autonomie de faire des choix et des décisions politiques.

Lors des élections présidentielles de 1800, Jefferson fit appel à l’idéalisme américain, ce qui lui valut une grande popularité. Il accéda au pouvoir et fut facilement réélu grâce à une coalition de petits agriculteurs, de commerçants et de travailleurs urbains. Dans son premier discours inaugural, il promit un « gouvernement sage et frugal » qui maintiendrait l’ordre tout en permettant aux gens de poursuivre librement leurs propres affaires et opportunités de développement personnel. Sa présence à la Maison Blanche favorisa les principes démocratiques. Il considérait les États-Unis comme un refuge pour les opprimés et adopta une loi libérale de naturalisation. De plus, Jefferson adopta une simplicité démocratique, évitant une grande partie du faste et des cérémonies traditionnels associés à la présidence.

Cependant, Jefferson n’était pas favorable à une souveraineté populaire sans restriction. Il proposa de céder le pouvoir à une « aristocratie naturelle » — celle qui tirait son pouvoir du talent et de la vertu (ou du mérite), plutôt que de la richesse ou des titres héréditaires. Pour lui, l’éducation publique était essentielle. Si tout le monde avait les mêmes opportunités, les meilleures personnes deviendraient qualifiées pour occuper un poste au gouvernement. En conséquence, il croyait que les institutions étatiques devaient être décentralisées et que leurs lois et décisions devaient être périodiquement revues par ceux qui méritaient un tel pouvoir. En fin de compte, Jefferson était moins un défenseur des droits politiques des masses qu’un grand partisan de la méritocratie.

Conformément à ses tendances agraires, Jefferson craignait la montée des usines et l’accumulation de pouvoir entre les mains de l’armée. Avec le soutien de ses collègues républicains, il réduisit drastiquement les dépenses militaires pendant son mandat. Ces réductions budgétaires, supervisées par le secrétaire au Trésor, Albert Gallatin, contribuèrent à réduire la dette nationale à moins de 560 millions de dollars.

Grâce aux décisions de la Cour suprême sous la direction du juge en chef John Marshall, nommé par John Adams, le pouvoir du gouvernement fédéral fut considérablement renforcé. Toutefois, Marshall transforma également la Cour suprême en une entité puissante au même titre que le Congrès et la présidence. En 1803, dans l’affaire historique Marbury v. Madison, la Cour établit son autorité à examiner la constitutionnalité des lois.

Ce portrait de Thomas Jefferson, le troisième président des États-Unis, capture son image de manière digne et majestueuse. Jefferson est représenté dans un manteau sombre et une chemise blanche à col haut, typique de la mode de la fin du XVIIIe au début du XIXe siècle. Ses cheveux sont blancs et coiffés d’une manière qui reflète les normes de l’époque, peut-être attachés à l’arrière. L’expression de Jefferson est posée et réfléchie, avec un léger sourire qui transmet son caractère intellectuel. Le fond du portrait est d’un brun sombre atténué, contrastant avec les tons plus clairs de son visage et de ses vêtements, attirant l’attention sur ses traits. La texture de la peinture montre un travail de pinceau fin, notamment dans les détails des cheveux de Jefferson et les ombres subtiles sur son visage. L’effet global est celui d’une autorité calme et sage, convenant à Jefferson en tant que père fondateur et figure clé de l’histoire américaine. Ce portrait souligne ses contributions aux débuts des États-Unis, mettant en lumière son héritage en matière de gouvernance, de philosophie et d’innovation.
Un portrait de Thomas Jefferson par Rembrandt Peale. Image du domaine public.

L’administration Jefferson dut également faire face à une série de problèmes internationaux, en raison des guerres napoléoniennes en cours. Après la guerre de Sept Ans, la France avait cédé son territoire à l’ouest du Mississippi à l’Espagne. L’accès au port de la Nouvelle-Orléans était crucial pour le commerce américain depuis les vallées des rivières Ohio et Mississippi. Lorsque Napoléon Bonaparte força l’Espagne à rendre le territoire de la Louisiane à la France, les Américains furent alarmés. Les plans français pour un grand empire colonial menaçaient le développement futur des États-Unis. Jefferson avertit que si la France prenait possession de la Louisiane, les États-Unis pourraient devoir s’allier avec la Grande-Bretagne.

Néanmoins, Napoléon perdit tout intérêt pour le territoire après une révolte d’esclaves, la Révolution haïtienne, qui expulsa les Français d’Haïti. Anticipant une autre guerre avec la Grande-Bretagne, Napoléon décida de vendre la Louisiane aux États-Unis pour financer son trésor et empêcher le territoire de tomber entre les mains des Britanniques. Jefferson fut confronté à un dilemme, car la Constitution n’autorisait pas explicitement l’achat de territoires. Initialement, il envisagea de proposer un amendement mais craignait que le dirigeant français ne change d’avis. Conseillé que le pouvoir d’acheter des territoires était inhérent aux pouvoirs de conclusion de traités, Jefferson accepta l’achat, faisant confiance à ce que les éventuels effets négatifs de cette interprétation large seraient corrigés par le bon sens du pays.

En 1803, les États-Unis achetèrent la Louisiane pour 15 millions de dollars, un territoire de plus de 2,6 millions de kilomètres carrés, y compris le port vital de la Nouvelle-Orléans. Cet achat doubla la taille des États-Unis, ajoutant de vastes plaines, des montagnes, des forêts et des systèmes fluviaux qui deviendraient le cœur du pays.

En pleine ère napoléonienne, Jefferson déclara la neutralité américaine dans le conflit entre la Grande-Bretagne et la France. Pourtant, cela fut un obstacle au commerce international, car les deux pays tentaient de restreindre les mouvements des navires neutres par des saisies. La domination navale britannique rendait leurs saisies beaucoup plus sévères : ses commandants fouillaient fréquemment les navires, saisissaient les cargaisons et forçaient les marins américains à servir dans la marine britannique, les considérant comme des sujets britanniques.

Au début, Jefferson réagit en faisant adopter la loi de non-importation de 1806, qui interdisait certaines importations en provenance de Grande-Bretagne, et en ordonnant aux navires de guerre britanniques de quitter les eaux américaines. Malgré la pression économique, les Britanniques continuèrent leur campagne contre les navires neutres. Cela conduisit Jefferson à proposer l’Embargo Act de 1807, qui interdisait tout commerce extérieur américain — en essence, une véritable neutralité dans le conflit. Ironiquement, l’application de l’embargo nécessitait de forts pouvoirs policiers, ce qui contribua à étendre l’autorité du gouvernement national. Pendant ce temps, également en 1807, le Congrès approuva la loi interdisant l’importation d’esclaves, qui déterminait que les États-Unis seraient interdits de commerce international des esclaves à partir du 1er janvier 1808. Il va sans dire que le commerce intérieur des esclaves resta inchangé.

Bien que les lois de 1806 et 1807 aient été imparfaitement appliquées, elles dévastèrent l’économie américaine et furent inefficaces dans leurs objectifs de politique étrangère. Les exportations américaines furent réduites à un cinquième de leur volume précédent en une seule année. Les intérêts maritimes, en particulier en Nouvelle-Angleterre et à New York, furent presque ruinés, et un mécontentement général s’ensuivit. Les intérêts agricoles souffrirent également, car les agriculteurs du Sud et de l’Ouest ne pouvaient pas exporter leurs excédents, entraînant une chute des prix des denrées alimentaires. De plus, l’embargo échoua à contraindre la Grande-Bretagne à changer ses politiques — en fait, encore plus d’Américains furent forcés de servir dans la marine britannique.

Alors que le mécontentement intérieur grandissait, Jefferson adopta une approche plus modérée. Au début de 1809, il signa la loi de non-intercourse. Cette loi permettait le commerce avec toutes les nations sauf la Grande-Bretagne et la France et leurs dépendances, et son adoption apaisa partiellement les intérêts maritimes domestiques.

Madison et la guerre de 1812

James Madison prit ses fonctions de président en 1809, et les tensions avec la Grande-Bretagne escaladèrent rapidement. Madison présenta au Congrès un rapport détaillant des milliers d’exemples où les Britanniques avaient bénéficié du travail forcé de citoyens américains. De plus, les colons du Nord-Ouest souffraient d’attaques d’Indiens, qu’ils croyaient être incités par des agents britanniques au Canada. Beaucoup d’Américains soutenaient l’idée de conquérir le Canada pour éliminer l’influence britannique en Amérique du Nord et pour riposter aux actions britanniques. En 1812, le pays était désireux de guerre, et le 18 juin, les États-Unis déclarèrent la guerre à la Grande-Bretagne.

La guerre de 1812 commença alors que la nation était profondément divisée. Le Sud et l’Ouest étaient en faveur du conflit, tandis que New York et la Nouvelle-Angleterre s’y opposaient en raison de son impact sur leur commerce. L’armée américaine était mal préparée, avec moins de 7 000 soldats réguliers stationnés dans des postes éparpillés le long de la côte, près de la frontière canadienne et dans l’intérieur éloigné. Les milices d’État étaient mal entraînées et indisciplinées. Les hostilités initiales comprenaient une invasion du Canada, qui échoua et se solda par l’occupation britannique de Detroit. Cependant, la marine américaine remporta quelques succès, et les corsaires américains capturèrent 500 navires britanniques fin 1812 et début 1813.

La campagne de 1813 se concentra sur le lac Érié. Le général William Henry Harrison, qui deviendra plus tard président, mena une armée pour reconquérir Detroit. Le 12 septembre, alors qu’il était encore en Ohio, Harrison apprit que le commodore Oliver Hazard Perry avait détruit la flotte britannique sur le lac Érié. Harrison occupa alors Detroit et avança au Canada, battant les Britanniques et leurs alliés indiens sur la rivière Thames. En conséquence, toute la région passa sous contrôle américain. En 1814, le commodore Thomas Macdonough remporta une bataille cruciale sur le lac Champlain, forçant une force d’invasion britannique à se retirer au Canada. Malgré ces victoires, les Britanniques continuèrent de harceler la côte est, et le 24 août 1814, une force expéditionnaire britannique incendia Washington, D.C., forçant le président Madison à fuir en Virginie.

Cette œuvre d’art représente les conséquences de l’attaque britannique sur le Capitole des États-Unis pendant la guerre de 1812. La scène montre le bâtiment du Capitole partiellement détruit, avec la section centrale de la structure fortement endommagée et les ailes extérieures en grande partie intactes mais noircies. L’architecture du bâtiment est classique, avec une pierre blanche et des détails ornés qui contrastent fortement avec les zones sombres et brûlées. Au premier plan, quelques individus sont vus marchant et se tenant debout, examinant les dégâts. Ces figures sont vêtues de manteaux longs et de chapeaux typiques du début du XIXe siècle. Le paysage autour du Capitole est désolé, avec des plaques d’herbe et des débris éparpillés sur le sol, soulignant la destruction. Le ciel au-dessus est clair, ajoutant un contraste frappant à la dévastation en dessous. L’image transmet efficacement l’ampleur des dégâts et l’ambiance sombre qui a suivi l’attaque. Elle sert de rappel historique de la vulnérabilité des symboles nationaux en temps de guerre et de la résilience nécessaire pour reconstruire et se relever.
Les dégâts causés au Capitole des États-Unis après les attaques britanniques sur Washington, D.C., pendant la guerre de 1812. Peinture du domaine public par George Munger.

Les pourparlers de paix étaient en cours en Europe, et les Britanniques décidèrent de concéder après avoir appris la victoire de Macdonough. Avec le trésor britannique épuisé par les guerres napoléoniennes, les négociateurs acceptèrent le traité de Gand en décembre 1814. Ce traité mit fin aux hostilités, restaura les territoires conquis et établit une commission pour régler les différends frontaliers. Certains soldats dirigés par le général Andrew Jackson, ignorant le traité de paix, continuèrent de se battre près de la Nouvelle-Orléans, où ils remportèrent une victoire décisive.

La guerre de 1812 a agi comme une deuxième guerre d’indépendance, affirmant la séparation entre les États-Unis et l’Angleterre et résolvant de nombreuses difficultés apparues après la Révolution américaine. Toutefois, la guerre a également montré des divisions croissantes entre les États américains. Bien que le Sud ait soutenu la guerre, sa perturbation du commerce fut préjudiciable aux industries du Nord. Le conflit a illustré le triomphe des républicains-démocrates sur les fédéralistes dans la sphère politique.

Voici les principales conséquences de la guerre de 1812 :

  • Les espoirs britanniques de rétablir leur influence en dessous de la frontière canadienne furent détruits.
  • Les États du Sud et du Nord durent gérer l’incorporation des territoires nouvellement acquis dans l’Union — en particulier, ils durent décider de l’extension ou non de l’esclavage à ces territoires.
  • Le Parti fédéraliste disparut pratiquement. Alors que les négociations de paix étaient en cours, des délégués fédéralistes de plusieurs États de la Nouvelle-Angleterre se réunirent à Hartford, dans le Connecticut, pour s’opposer à ce qu’ils appelaient « la guerre de M. Madison ». Lors de la Convention de Hartford (1814), ils affirmèrent que la guerre ruinait l’économie et discutèrent de stratégies pour limiter le pouvoir des États du Sud. Néanmoins, la fin de la guerre et la victoire à la Nouvelle-Orléans firent paraître les fédéralistes comme déloyaux envers le pays — une réputation dont ils ne se remirent jamais — tandis que les républicains-démocrates gagnèrent en popularité.
  • Pour aider l’économie à se remettre de la guerre, la Second Bank of the United States fut créée. Bien que cette banque prêtât de l’argent au gouvernement et conservât l’argent du gouvernement, c’était une institution privée. De plus, contrairement à d’autres banques privées, celle-ci était autorisée à ouvrir des succursales dans tous les États-Unis.

Les difficultés de la guerre soulignèrent la nécessité de protéger les fabricants américains de la concurrence étrangère. À l’époque, l’indépendance économique était considérée comme aussi cruciale que l’indépendance politique. Des leaders comme Henry Clay et John Calhoun promurent le protectionnisme, plaidant pour des tarifs douaniers afin de soutenir l’industrie américaine. Grâce à leurs actions, les États-Unis adoptèrent leurs premiers tarifs élevés sur le commerce extérieur en 1816. Ces tarifs protégèrent diverses industries, telles que la production textile du Vermont, de l’Ohio et du Kentucky, stimulant la production nationale face à la concurrence étrangère.

Parallèlement, également en 1816, un groupe de Nordistes et de Sudistes fonda l’American Colonization Society. Ils croyaient que les affranchis représentaient un danger pour la société américaine et souhaitaient parrainer leur émigration au Liberia, en Afrique, où une colonie noire serait fondée. La plupart des affranchis eux-mêmes étaient opposés à ce plan, car ils étaient nés en Amérique et avaient peu de liens avec les sociétés africaines. Quoi qu’il en soit, environ 3 000 anciens esclaves furent envoyés au Liberia — une infime portion de la population noire des États-Unis.

Expansion territoriale et doctrine Monroe

En 1817, James Monroe, un républicain-démocrate comme Jefferson et Madison, prêta serment en tant que président. Son administration devint connue sous le nom d’ère des bons sentiments, car le pays venait de remporter la guerre de 1812 et les Américains avaient un sentiment de but national et un désir d’unité.

Avec la montée de l’industrie du coton, alimentée par l’invention de l’égreneuse à coton par Eli Whitney et la révolution industrielle en expansion, l’esclavage devint plus rentable. L’économie du Sud devint profondément liée à l’esclavage à mesure que la culture du coton s’étendait vers l’ouest et que la culture de la canne à sucre se développait en Louisiane. À mesure que le Nord et le Sud s’étendaient vers l’ouest, les tensions politiques sur l’esclavage augmentaient. L’esclavage, autrefois censé disparaître, devint une question nationale importante.

En 1819, la demande du Missouri d’entrer dans l’Union en tant qu’État esclavagiste déclencha un débat intense. Les Nordistes s’y opposaient farouchement, mais un accord émergea l’année suivante, lorsque le Maine demanda son admission en tant qu’État libre. Le président de la Chambre des représentants, Henry Clay, orchestré le compromis du Missouri (1820), qui aida à rétablir l’équilibre entre les États :

  • Le Missouri entrerait dans l’Union en tant qu’État esclavagiste.
  • Le Maine entrerait dans l’Union en tant qu’État libre.
  • Les nouveaux États situés au-dessus de la latitude du Missouri seraient des États libres, tandis que ceux situés en dessous seraient des États esclavagistes.
  • La clause des trois cinquièmes, qui déterminait que les esclaves comptaient pour les trois cinquièmes d’une personne aux fins de la taxation et de la représentation à la Chambre des représentants, serait maintenue.

L’expansion vers l’ouest des États-Unis se poursuivit tout au long des années 1820. Les colons de la frontière étaient un groupe diversifié, robustes et hospitaliers, mais vivant dans des conditions simples. À mesure qu’ils s’installaient, ils construisaient des maisons et des communautés plus permanentes, stimulant le développement économique et social. En plus de s’installer au Texas, les Américains aidèrent à créer six États de 1816 à 1821, en maintenant toujours un équilibre entre les États libres et esclavagistes.

Au cours de cette période, les pays d’Amérique latine obtenaient enfin leur indépendance des puissances ibériques — l’Espagne et le Portugal. En 1822, des leaders comme Simón Bolívar et José de San Martín avaient remporté l’indépendance de la plupart des pays. Les États-Unis, voyant des parallèles avec leur propre lutte, soutinrent ces mouvements. Le président James Monroe reconnut rapidement les nouvelles nations. Pourtant, certaines puissances du Concert Européen s’engagèrent à restaurer le contrôle espagnol sur ses anciennes colonies, selon les principes de la Sainte-Alliance. Cela provoqua des inquiétudes aux États-Unis, incitant le secrétaire d’État, John Quincy Adams, à proposer un moyen pour les Américains de soutenir leurs voisins.

Dans son message annuel au Congrès en décembre 1823, le président formula la doctrine Monroe : les États-Unis ne s’engageraient pas dans les guerres européennes, mais considéreraient toute entreprise coloniale en Amérique latine comme un acte d’agression. En termes plus simples, cette doctrine prônait la notion de « l’Amérique aux Américains ». Cependant, Monroe n’était pas entièrement opposé à la présence européenne à proximité. Les colonies européennes existantes, comme la colonie néerlandaise au Suriname, furent laissées intactes, et les interventions étrangères furent tolérées dans des circonstances exceptionnelles. Un exemple en est le blocus anglo-français du Río de la Plata, une importante voie de transport pour l’argent latino-américain, dans les années 1840.

Cette caricature politique illustre la doctrine Monroe, un élément clé de la politique étrangère américaine au début du XIXe siècle. La scène montre un groupe de puissances européennes personnifiées par des figures caricaturées en tenue militaire et royale élaborée, se tenant sur le côté gauche de l’image. Chaque figure représente un pays différent, avec des étiquettes comme "Portugal," "France," "Espagne," et d’autres sur leurs vêtements ou chapeaux. Au centre, une figure imposante de l’Oncle Sam, vêtue d’un uniforme militaire et tenant un fusil, monte la garde à côté d’un panneau indiquant, "No Trespass - America for Americans - Uncle Sam." Les figures européennes semblent mécontentes et hésitantes, reconnaissant l’avertissement de la doctrine contre toute nouvelle colonisation ou intervention en Amérique. Derrière l’Oncle Sam, un petit groupe représentant les pays d’Amérique latine, y compris des figures étiquetées "Mexique" et "Venezuela", regarde avec un mélange d’espoir et de confiance en la protection américaine. Le sol devant l’Oncle Sam montre une démarcation claire, symbolisant la frontière établie par la doctrine Monroe. L’arrière-plan est simple, avec peu de détails, assurant que l’accent reste sur l’interaction entre les personnages et le message politique. La caricature utilise l’exagération et le symbolisme efficacement pour communiquer l’essence de la doctrine Monroe et son impact sur les relations internationales.
Une caricature politique représentant l’Oncle Sam tenant un fusil et se tenant entre les Européens et les Latino-Américains. Image du domaine public par Victor Gillam.

Adams et le marché corrompu

Parce que le Parti fédéraliste s’était effondré, la méthode traditionnelle de sélection des candidats à la présidence par le biais des caucus des partis au Congrès s’était également effondrée. Ainsi, lors des élections présidentielles de 1824, les législatures d’État nommèrent des candidats. Le Tennessee et la Pennsylvanie choisirent Andrew Jackson, le Kentucky choisit Henry Clay, le Massachusetts sélectionna John Quincy Adams, et un caucus du Congrès choisit William Crawford.

L’élection fut fortement influencée par la personnalité et la loyauté régionale. Adams sécurisa la Nouvelle-Angleterre et la plupart de New York, Clay remporta le Kentucky, l’Ohio et le Missouri, Jackson emporta le Sud-Est, les Carolines, la Pennsylvanie, le Maryland et le New Jersey, et Crawford prit la Virginie, la Géorgie et le Delaware. Aucun candidat n’ayant remporté la majorité au Collège électoral, la décision revint à la Chambre des représentants. Malgré sa victoire au vote populaire, Andrew Jackson fit face à l’opposition d’Henry Clay à la Chambre. L’influence de Clay, souvent qualifiée de « marché corrompu », aida John Quincy Adams à devenir président.

Bien qu’il gouverna efficacement, le tempérament froid d’Adams et ses tentatives infructueuses de mettre en œuvre un système national de routes et de canaux le rendirent impopulaire. En revanche, Jackson jouissait d’un immense attrait populaire. Leur rivalité fut le cadre de l’émergence de nouveaux alignements de partis :

  • Le Parti républicain national : Il prônait un gouvernement fédéral fort pour soutenir le développement national. Il incluait les partisans d’Adams et d’anciens fédéralistes.
  • Le Parti démocrate : Il prônait un gouvernement petit et décentralisé. Il incluait les partisans de Jackson ainsi que ceux qui s’opposaient simplement à la manière peu orthodoxe par laquelle Adams était arrivé au pouvoir.

Andrew Jackson n’était ni lettré ni expérimenté en politique, malgré son statut de politicien du Tennessee. Il était surtout connu pour être un héros de la guerre de 1812 et pour sa participation à la première guerre séminole, toutes deux terminées par des victoires écrasantes. Sa carrière militaire lui valut un soutien considérable de la part des « gens ordinaires » — précisément ceux qui, peu à peu, obtenaient le droit de vote. Depuis l’ère jeffersonienne, les États-Unis se dirigeaient vers le suffrage universel masculin pour les blancs. Lors des élections présidentielles de 1828, les électeurs présidentiels étaient choisis par vote populaire dans tous les États sauf le Delaware et la Caroline du Sud. De plus, la plupart des États n’imposaient plus de conditions de revenu pour les électeurs potentiels. Même les illettrés pouvaient voter, grâce aux listes standardisées qu’ils pouvaient simplement déposer dans les urnes. Grâce à ces développements, Andrew Jackson remporta une victoire écrasante et accéda finalement à la présidence en 1829.

Conclusion

Dans l’histoire américaine, la période allant de Jefferson à Jackson fut une ère de transformation, caractérisée par des changements politiques, territoriaux et économiques significatifs. La vision de Jefferson d’une nation de petits agriculteurs et ses politiques d’expansion territoriale posèrent les bases de la croissance vers l’ouest des États-Unis. La guerre de 1812 sous la direction de Madison réaffirma l’indépendance américaine mais souligna également les divisions régionales. La présidence de Monroe favorisa un sentiment d’unité nationale et orienta les regards du pays vers l’Amérique latine. Enfin, l’élection présidentielle controversée de 1824 fut une interlude jusqu’à l’ascension d’Andrew Jackson. Cette période fut caractérisée par des transformations profondes qui conduiraient finalement à la guerre civile, façonnant la trajectoire de la nation.


Posted

in

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *