Historia Mundum

Risorgimento : Résumé, Origines, Phases

Une peinture de 1860 de Remigio Legat représentant la Bataille de Calatafimi, dans laquelle les Chemises Rouges de Garibaldi ont combattu le Royaume des Deux-Siciles. Image du domaine public.

L’unification de l’Italie en un seul État indépendant, un processus connu sous le nom de Risorgimento, a découlé d’une série complexe et tumultueuse d’événements qui se sont étalés sur plusieurs décennies au XIXe siècle. Les Italiens étaient historiquement soumis aux puissances étrangères, et ils ont commencé à affirmer leur droit à l’indépendance en réponse à cette situation. Lors des Révolutions de 1848, il y a eu des révoltes généralisées en faveur des principes libéraux. Comme elles ont toutes échoué, les révolutionnaires ont décidé de s’unir pour atteindre l’indépendance — et de régler leurs différences idéologiques plus tard. La création de l’Italie a été stimulée par le Royaume de Piémont et son Premier ministre Camillo Cavour. Il a obtenu un soutien international pour l’indépendance et a déclenché une série de guerres et de soulèvements qui l’ont finalement rendue réalité en 1861 et en 1870.

Résumé du Risorgimento

  • La péninsule italienne était divisée en de nombreux petits royaumes, souvent soumis à des puissances étrangères — principalement l’Autriche et la France.
  • La France napoléonienne a introduit des réformes dans la péninsule, et a fait naître chez les Italiens le désir d’une meilleure gouvernance.
  • À cause de cela, les Italiens se sont révoltés dans le contexte des Révolutions de 1848, mais sans grand succès, car il y avait peu de coordination entre les mouvements révolutionnaires.
  • À partir de 1849, de nombreux Italiens se sont ralliés autour du leadership de Camillo Cavour, le Premier ministre du Royaume de Piémont. Il a préparé le terrain pour les phases de l’unification de l’Italie.
  • En 1859, la première phase a vu l’annexion du nord de l’Italie par le Piémont, à la suite d’une guerre aux côtés de la France contre l’Autriche.
  • En 1860-1861, la deuxième phase a vu l’annexion du sud de l’Italie et de la majeure partie de l’Italie centrale par le Piémont, et la création du Royaume d’Italie.
  • Enfin, en 1870, la troisième et dernière phase du Risorgimento a abouti à la défaite du Pape et à l’annexion de Rome par le Royaume d’Italie.
  • Après l’unification, les Italiens ont dû faire face aux défis politiques, économiques et culturels de la formation d’un seul pays à partir de nombreuses entités politiques et sociétés différentes.

Origines du Risorgimento (1796-1848)

De 1796 à 1815, la péninsule italienne a connu une ère transformatrice sous la domination de la France napoléonienne, qui a introduit une série de réformes dans la région. Tout d’abord, les Français ont apporté une forme de gouvernance centralisée. Cela a remplacé le patchwork d’autorités italiennes locales et régionales par un gouvernement renforcé qui permettait une prise de décision plus rationalisée et une mise en œuvre plus efficace des politiques publiques. De plus, il y a eu l’introduction du Code Napoléon, qui a modernisé le système juridique. Il a aboli les privilèges féodaux, introduit l’égalité devant la loi et laïcisé l’État. Enfin, les Français ont introduit de nouvelles politiques économiques, notamment la promotion de l’industrie et du commerce. Cela représentait un changement significatif pour de nombreuses parties du pays, qui étaient auparavant principalement agricoles et sous-développées.

Les pratiques napoléoniennes étaient nettement différentes des pratiques traditionnelles des États italiens fragmentés, et elles ont eu un impact là-bas même après que Napoléon ait disparu. À partir de 1815, les Italiens ont contrasté l’administration française efficace avec les défauts des régimes absolutistes qui les gouvernaient. Cette comparaison a stimulé l’idée d’unification, car les gens aspiraient à une meilleure gouvernance. Ainsi, plusieurs mouvements ont émergé ou se sont renforcés :

  • Les Carbonari : Il s’agissait d’un réseau informel de sociétés secrètes révolutionnaires actives en Italie, particulièrement dans le Royaume de Naples et le Royaume de Sicile, de 1800 à 1831 environ. Son nom signifiait « fabricants de charbon » et provenait du métier de ses membres originaux, qui étaient impliqués dans la production de charbon et tenaient des réunions dans une relative obscurité. Dans le contexte des Révolutions de 1820, les Carbonari ont brièvement réussi à imposer une monarchie constitutionnelle au roi Ferdinand I. Cependant, cette victoire fut de courte durée. Au Congrès de Laibach, les puissances européennes ont approuvé une intervention autrichienne qui a réprimé le mouvement.
  • La Ligue des Sublimes et Parfaits Maîtres : C’était une organisation clandestine et révolutionnaire, établie en 1818 par Filippo Buonarroti, sous l’égide des groupes Carbonari. Fonctionnant de manière similaire à une loge maçonnique, la société avait sa base à Turin, dans le nord de l’Italie. Son objectif principal était d’atteindre l’indépendance de la règle autrichienne et, à long terme, elle voulait probablement atteindre l’objectif de son fondateur d’établir une société communiste. Buonarroti a utilisé ce groupe pour orchestrer et influencer les séditions dans toute l’Italie. Toutefois, en raison de sa nature secrète et de sa structure organisationnelle, les preuves concrètes concernant ses activités restent rares.
  • Révolte constitutionnelle dans le Royaume de Piémont-Sardaigne : Dans le nord de l’Italie, le roi Victor-Emmanuel I commandait un régime absolutiste sous influence autrichienne. En 1821, un mouvement inspiré par les Carbonari a pris racine en réponse aux politiques oppressives et dépassées du régime. Les révolutionnaires cherchaient la formation d’une monarchie constitutionnelle et ont contraint le roi à abdiquer. Il a choisi de se retirer en faveur de son frère, Charles-Félix. Pourtant, le nouveau roi était un absolutiste convaincu et son accession au trône n’a pas apaisé les troubles. Sous la pression des puissances extérieures et de la résistance interne de la monarchie, la révolte constitutionnelle en Piémont a finalement été réprimée.
  • Révolte anti-papale à Bologne : À l’époque, Bologne était sous le contrôle des États pontificaux, gouvernés directement par le Pape. Sa gouvernance était typiquement conservatrice et alignée sur les intérêts plus larges de l’Église catholique, ce qui défiait l’atmosphère révolutionnaire européenne du début du XIXe siècle. Certains Italiens se sont soulevés contre le Pape, mais des troupes autrichiennes sont intervenues, renversant le gouvernement provisoire qui avait été mis en place et restaurant l’autorité de l’Église sur la région.

Parce que ces mouvements ont finalement échoué en raison des interventions étrangères, les révolutionnaires italiens ont de plus en plus commencé à lier l’idée de constitutionnalisme à celle de la liberté par rapport à la domination étrangère — c’est-à-dire l’indépendance.

Imprégné de cet esprit, l’ancien membre des Carbonari Giuseppe Mazzini a fondé le mouvement Jeune Italie en 1832. Ce groupe visait à établir une Italie unifiée et républicaine, ancrée dans la poursuite du progrès économique, bien que Mazzini lui-même fût anti-communiste. Cependant, malgré l’inspiration de nombreux révolutionnaires, les soulèvements organisés par Jeune Italie sont restés locaux et limités, manquant de participation de masse. En exil, Mazzini a influencé d’autres mouvements nationalistes, comme Jeune Allemagne, Jeune France, Jeune Pologne et Jeune Suisse. Comme l’historien Eric Hobsbawm le soutient, ces organisations avaient peu de pertinence pratique, mais leur importance symbolique ne doit pas être sous-estimée, car elles « marquent la désintégration du mouvement révolutionnaire européen en segments nationaux ».

La Première Guerre d’Indépendance Italienne (1848-1849)

En 1848, la péninsule italienne connaissait une forme de nationalisme économique-culturel. Économiquement, la plupart de la région était en retard par rapport aux autres pays et ses habitants voulaient créer une nation unifiée pour favoriser l’industrialisation — la seule exception était la Lombardie, qui prospérait dans l’industrie de la soie. Culturellement, il y avait plusieurs intellectuels modérés qui plaidaient pour des réformes politiques, même si leurs actions n’étaient pas ouvertement révolutionnaires.

Dans le contexte des Révolutions de 1848, le Pape Pie IX a pris le pouvoir et s’est rapidement retrouvé déchiré entre les demandes contradictoires des conservateurs et des libéraux. Il a nommé un ministre éclairé, Pellegrino Rossi, pour administrer les États pontificaux, et il était hostile à l’influence autrichienne dans la péninsule italienne. Il a mis en œuvre des réformes telles que la libération des prisonniers politiques et l’augmentation de la liberté religieuse. En raison de ces mesures, il a involontairement encouragé les révolutionnaires italiens, menant à la Première Guerre d’Indépendance Italienne.

Il y a eu des révoltes généralisées à travers l’Italie, mais aucune n’a réussi :

  • La Lombardie a approuvé une unification avec le Piémont, mais les deux ont été vaincus par les Autrichiens. Le roi Charles Albert du Piémont a abdiqué en faveur de son fils Victor-Emmanuel II, qui est revenu à l’absolutisme avec le soutien autrichien.
  • Sous la direction de Daniele Manin, Venise a cherché l’indépendance avec le soutien du Piémont et des rebelles hongrois, mais a finalement échoué.
  • À Rome, le Pape Pie IX est passé de politiques libérales à l’autoritarisme, ce qui a poussé les révolutionnaires à se retourner contre lui et à établir la République romaine. Néanmoins, l’Autriche et la France sont intervenues pour restaurer le pouvoir papal.
  • En Sicile, une île faisant partie du Royaume des Deux-Siciles, les séparatistes ont produit une constitution prônant le principe de la souveraineté populaire. Le monarque a réagi en offrant l’autonomie à l’île comme solution de compromis, l’Acte de Gaète, mais les rebelles l’ont rejeté. Ainsi, le contrôle sur l’île a été recapturé de force par le monarque.
Une peinture de 1876 de Napoleone Nani représentant le mouvement indépendantiste à Venise, dirigé par Danielle Manin.
Une peinture de 1876 de Napoleone Nani représentant le mouvement indépendantiste à Venise, dirigé par Danielle Manin. Image du domaine public.

Les échecs des révoltes de 1848-1849 ont conduit à un changement significatif dans la pensée politique italienne. Les idéaux républicains et de révolution politique de Mazzini ont perdu de leur faveur. Au lieu de cela, un consensus est apparu selon lequel les différentes factions politiques italiennes devaient s’unir pour atteindre l’indépendance. Cela a mené à la proposition d’une suspension temporaire des débats idéologiques jusqu’à ce que l’indépendance soit assurée.

Cavour et le Contexte Favorable (1849-1859)

En 1852, Camillo Cavour est devenu Premier ministre du Piémont, naviguant habilement dans le paysage politique. Il a commencé à dominer la politique piémontaise grâce à une alliance (connubio, ou mariage) entre son parti de centre-droit et les factions de centre-gauche. Cela l’équilibrait à la fois contre le risque d’une dictature monarchique et celui d’une république dans la veine extrémiste mazzinienne. Il a également modernisé le Piémont par des accords commerciaux avec l’Autriche, la Belgique, la France et la Grande-Bretagne, par l’adoption de nouvelles technologies productives et par des politiques anticléricales. Ces initiatives lui ont permis de gagner le soutien des démocrates et des républicains, et de soutenir également l’indépendance italienne.

De 1853 à 1856, le Piémont a participé à la Guerre de Crimée sous l’influence du roi Victor-Emmanuel II. Cavour a accepté de s’engager dans ce conflit pour ne pas s’opposer au monarque, et il en a profité lors du Congrès de Paris (1856), où des pourparlers de paix se tenaient. Là, il a exprimé des préoccupations concernant la dominance autrichienne dans le nord de l’Italie, tentant de gagner la sympathie des puissances européennes.

De plus, il a forgé une alliance avec Napoléon III de France en janvier 1859, sécurisant le pacte par un mariage noble franco-piémontais.

Enfin, sur le front intérieur, il a tenté de se rapprocher des patriotes italiens en arguant que seule l’armée piémontaise était assez forte pour sécuriser l’indépendance italienne.

Les Étapes de l’Unification Italienne (1859-1870)

L’unification de l’Italie a pris de l’élan en 1859, lorsque Cavour a provoqué l’Autriche avec des manœuvres militaires. Les Autrichiens ont répondu par un ultimatum, exigeant la démobilisation militaire et la dissolution de la Société Nationale Italienne — une organisation qui épousait les idées du Premier ministre. Toutefois, le rejet de ces stipulations par Cavour a conduit à la Seconde Guerre d’Indépendance Italienne, où le Piémont a combattu aux côtés de la France contre l’Autriche.

À cette époque, le contexte international était favorable aux ambitions piémontaises :

  • La Russie ressentait du ressentiment envers l’Autriche pour son manque de soutien pendant la Guerre de Crimée.
  • La Prusse se sentait humiliée par les Autrichiens depuis qu’elle avait tenté d’exercer plus de contrôle sur la Confédération allemande.
  • La France accepterait l’expansion piémontaise pour contrer l’Autriche.
  • La Grande-Bretagne était prête à fournir un soutien direct au Piémont, pour éviter le risque que l’Italie indépendante ne devienne un État satellite de la France.

Cependant, il y a eu des explosions d’activité révolutionnaire pendant la guerre, et elles ont poussé Napoléon III à se retirer du conflit. Il craignait que l’Italie centrale ne tombe entre les mains du Piémont plutôt que celles du Pape. Pour cette raison, il a signé un armistice avec l’Autriche en juillet 1859. Cet accord a cédé la Lombardie à la France (et plus tard au Piémont), laissé Venise à l’Autriche, restauré les monarques de Toscane et de Modène, et réaffirmé l’autorité du Pape.

Cavour a présenté sa démission après que Victor-Emmanuel II a accepté l’armistice, mais est rapidement revenu au pouvoir avec le soutien populaire. Il a ensuite persuadé la France d’accepter l’annexion du nord de l’Italie par le Piémont. En particulier, les Piémontais ont acquis la Toscane et l’Émilie en échange de la cession de la Savoie et de Nice aux Français — c’était la fin de la première étape de l’unification italienne.

La deuxième phase du Risorgimento a eu lieu lorsque Giuseppe Garibaldi s’est déplacé pour prendre le contrôle du sud de l’Italie. Il avait été un adepte de Giuseppe Mazzini, mais s’est séparé de ce dernier car il pensait qu’une alliance avec les monarchistes du Piémont servirait mieux la cause de l’indépendance italienne. Garibaldi a assemblé un corps de volontaires appelés les « Chemises Rouges » et a navigué vers l’île de Sicile dans l’Expédition des Mille. Son but était d’y établir une république, mais il ne voulait pas provoquer une révolution sociale. Au lieu de cela, il a établi un régime dictatorial, dans lequel les paysans étaient opprimés et l’instabilité était un facteur constant. Ensuite, il a décidé d’attaquer Naples, la partie continentale du Royaume des Deux-Siciles, et de se diriger vers Rome.

Ses actions étaient fermement opposées par Cavour, qui voulait éviter la possibilité d’une intervention française dans la péninsule italienne afin de préserver l’autorité de l’Église sur les États pontificaux. Le gouvernement piémontais a orchestré une occupation de l’Italie centrale avec le consentement de la France, à condition que ses troupes ne menacent pas le Pape à Rome. Grâce à cela, le Piémont a acquis à la fois les territoires de l’Italie centrale et des Deux-Siciles.

En mars 1861, Victor-Emmanuel II a déclaré la formation du Royaume d’Italie indépendant, mais Rome et Venise sont restées hors de son contrôle — la première était encore gouvernée par le Pape et la seconde était soumise à l’Autriche. Le pays était une monarchie constitutionnelle sous l’influence de Cavour, qui s’efforçait d’empêcher l’extrémisme de révolutionnaires tels que Garibaldi. Pourtant, le Premier ministre est décédé en juin 1861, donc avant la fin du Risorgimento.

Une peinture détaillée représente un grand événement historique à l’intérieur d’une salle d’assemblée somptueusement ornée, remplie de centaines d’hommes habillés en tenue de cérémonie du XIXe siècle. L’attention est portée sur un personnage central debout à un pupitre drapé d’une luxueuse étoffe de velours rouge, s’adressant à la foule rassemblée. L’atmosphère est solennelle et significative, avec des drapeaux italiens ornant les balcons et les murs de la salle richement décorée, suggérant un moment pivot d’importance étatique, probablement la proclamation du Royaume d’Italie.
La cérémonie de la proclamation du Royaume d’Italie et l’installation du premier Parlement italien, peinte par Induno en 1861. Image du domaine public.

En avril 1866, dans le contexte de la guerre austro-prussienne et de l’unification de l’Allemagne, l’Italie s’est alignée avec la Prusse. En retour, les Italiens ont demandé à la fois Venise et Mantoue, et les ont obtenues après la guerre, lors de la Paix de Vienne, en octobre 1666. Selon ce traité, non seulement l’Autriche a cédé du territoire à l’Italie, mais elle a également reconnu formellement l’existence du nouveau royaume. Néanmoins, le statut de Rome est resté en question.

La troisième et dernière phase du Risorgimento a eu lieu en septembre 1870, au milieu de la guerre franco-prussienne, également liée à l’unification de l’Allemagne. Les Italiens ont profité de la vulnérabilité temporaire des Français pour lancer une offensive contre les États pontificaux. Alors que le Second Empire français s’effondrait et cédait la place à une république, l’Italie a annexé Rome et ainsi consolidé son règne sur l’ensemble de la péninsule italienne.

Conclusion : L’Italie après l’Unification

L’Italie est devenue une monarchie constitutionnelle centrée autour du pouvoir piémontais. Même si les Italiens contrôlaient pratiquement Rome, le statut de la ville (la Question romaine) est resté non résolu jusqu’en 1929, car l’Église refusait de reconnaître la formation du Royaume d’Italie.

La nouvelle Italie unifiée a fait face à de nombreux défis — à savoir, une économie pauvre, une résistance à la dominance piémontaise, un système électoral restreint (seulement 2% de la population a voté), des disparités régionales entre le Nord industriel et le Sud agraire, et le manque d’une culture et identité nationales italiennes.

Le Risorgimento n’était pas seulement une lutte politique ou militaire ; c’était une complexe amalgamation d’idées, d’échecs et de re-stratégisation. Il a permis l’unification finale de l’Italie, et ses leçons d’unité et d’adaptation stratégique restent pertinentes pour comprendre la formation des nations modernes. C’était aussi un moment pivot dans l’histoire européenne, faisant partie d’un contexte de nationalisme, de construction de l’État et de modernisation qui a caractérisé la fin du XIXe et le début du XXe siècle.


Posted

in

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *